:: chapitre 1 ; :: L'Octant :: Avenue commercante :: Rust, tea & peace Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Viol buccal et gêne retrouvée • FT.Evan

avatar
▸ Date d'inscription : 16/04/2017
▸ Messages : 49
▸ Ft : Kim Taehyung (V)
▸ Fiche : { vacuum cleaner }
▸ Liens/rps : { God of Dirt }
▸ Age : 21 ans
▸ Occupation : Propriétaire du salon de thé-librairie Rust, Tea & Peace et botaniste le reste du temps.
▸ Couleur : #FF8D50
▸ Rps en cours : { Ft.Evan Ft.Narcisse }
▸ DC : Abriel

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Avr - 14:33
Viol buccal et gêne retrouvée × ft. EVAN

11 décembre 2016.

 Athénodore n'avait, de la nuit, dormi que quelques heures seulement. Les premiers grêlons annonciateurs du grand déluge avaient frappé aux vitres de sa maisonnette, annonçant de son glas une destruction imminente. Alors, le jeune homme avait attrapé une toile imperméabilisée et était sorti protéger ses bien-aimées, si bien qu'un grêlon, plus gros que les autres, vint frapper sans aucun scrupule le bord de sa mâchoire, très certainement déçu de ne pas pouvoir ravager le beau potager du garçon qui à présent courait afin d'échapper à la grêle qui s'intensifiait. Une fois chez lui, le fraichement blond n'était pas plus rassuré par le faible abri que constituait son toit fin, alors, stressé, il avait gardé les yeux ouverts toute la nuit, jetant des œillades impuissantes aux vitres qui se brisaient de l'autre côté de la rue sous la répétition des coups infligés par la tempête. Il aurait pu prier, s'il croyait en dieu, mais après tout, avec tout ce qui se passait pourquoi pas, malheureusement, il avait été privé d'électricité et l'obscurité avait pris place quelques heures seulement après le commencement du déluge et l'idée ne lui était pas même venu à l'esprit. Alors, plongé dans le noir, il se fit la réflexion que le lendemain, ça ferait un an qu'il était seul, tout seul, dans cette galère qui n'était très certainement que le début d'une autre, bien plus grande encore. Il soupira, un nuage opaque se format, et grelottant, il s'enroula dans ses couvertures, se frictionnant, à la recherche d'un peu de chaleur qu'il ne trouva pas en ce mois de décembre.


12 décembre 2016 – 6 heures 45

 Ses pas foulaient le reste du sel présent sur les pavés, témoin de la précédente pluie, du quartier étudiant. Tout tombait sous le non-sens en ce moment. Du sel, il avait grêlé du sel sur la ville. Encore endormies, les rues semblaient mortes cette nuit. De nombreuses vitrines étaient éventrées et les morceaux de verre jonchant le sol augmentaient l'anxiété qui ne l'avait pas quitté depuis la veille. Si les vitres étaient pulvérisées, il était mal barré avec ses moyens, et il se refusait à faire un prêt quelconque qu'il serait obligé de rembourser en temps et en heures, en dépit de son logement et finirait à la rue, emporté par ce cercle vicieux.
Le cœur comprimé et le souffle court, il arrivait dans la rue commerçante où se trouvait son salon de thé, sa seule rémunération, son seul moyen de gagner de l'argent honnêtement. Replaçant son écharpe, cachant ainsi la moitié de son visage du froid irritant de l'approche de fêtes, les mains dans les poches pour chercher un peu de la chaleur que ses gants n'étaient pas capables de trouver, il accéléra le pas, observant les voitures rayées et cabossées. C'était un désastre, une fois de plus. Du quoi de l'œil, il aperçut une silhouette féminine le lorgner derrière la vitre de l'un des grands bâtiments. Il supposa qu'au milieu des débris, seul, il semblait irréel avec son manteau bleu et son écharpe jaune. Une tâche de couleur au milieu du chaos, cette pensée le fit doucement sourire. Une impression d'immensité l'envahit lorsqu'il se rendit compte de la hauteur des bâtiments, de sa taille minuscule face aux façades écrasantes qui semblaient tanguer au gré de ses pas, attendant le moment opportun pour s'écrouler et emporter avec elles des centaines d'âmes innocentes dans le vacarme de la mort. Enfin, il se retrouva devant son salon qui pour la première fois, avait l'air d'une âme en peine, d'une dépouille de l'ancien temps, mais merci pour lui, seules quelques égratignures étaient présentes sur les vitres, a contrario, toutes les plantes présentes contre la devanture étaient trouées, les pots de terre laissaient, de leurs panses égorgées, entrevoir les racines brisées des corps inertes qu'ils contenaient auparavant. C'était triste à voir, si bien qu'Athénodore ne s'attarda pas dessus, ouvrit la porte de la petite boutique et alla chercher de quoi nettoyer les dégâts.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 15/04/2017
▸ Messages : 33
▸ Ft : jeon jungkook {bts}
▸ Crédit : sierra
▸ Fiche : { scars }
▸ Liens/rps : { falling away }
▸ Age : 19 ans {03.08}
▸ Occupation : étudiant en commerce, pianiste
▸ Couleur : #BBD2E1
▸ Thème : loïc nottet - million years
kh sam yung - scherzo di notte
mark of two - memories under the moon
▸ Rps en cours : ashkan } athénodore
▸ DC : vanitas } nessie } gladio

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Avr - 21:00
C'était un bien triste spectacle. Toi, tu errais en ville, comme un spectre traîne encore parmi les vivants, ton grand manteau blanc venait frôler tes genoux et ondulait en suivant tes pas lents. Tu savais pas trop pourquoi t'étais sorti. Pour ne pas étouffer à l'intérieur. Pour t'assurer que la vie était encore là, en ville. Pour être certain de ne pas être le seul survivant de cette grêle terrifiante. Les impacts étaient présents, partout, les voitures avaient même cessé de crier leurs alarmes depuis des heures, comme si toute la nuit elle avait supplié qu'on les achève. Des cadavres de métal, de taule et d'électronique. Toi, t'avais pas de voiture, mais un chauffeur de temps à autre, lorsque tu demandais à Nessie. En dehors de cela, tu marchais. Tu exécrais tout simplement les transports en commun et les germes qui y proliféraient. Alors tu laissais tes jambes te porter, il fallait dire que c'était encore une des seules choses qui ne t'avait jamais trahi.

L'octant était un quartier où tu te sentais bien. C'était l'endroit où tu étais allé au lycée, un souvenir lié à Ashkan et Lilie, et l'endroit où tu continuais tes études. Tu t'y sentais bien, malgré tout ce qui avait pu se passer, et le fait de tourner à un croisement pour te retrouver dans la rue commerçante ne fit qu'accentuer l'impression étrange qui pesait sur tes épaules. C'était comme si l'angoisse te rampait dans le dos. Une impression de déjà-vu qui glissait sous ta peau, comme une bien étrange maladie. Et puis tu le vis, là. Le Rust, tea & peace. Un salon de thé. Non, le salon de thé. Celui où tu aimais tant venir, celui où tout avait changé. Tu te sentis un peu malade, brassé, nauséeux.

Ton coeur se serra lorsque tes yeux accrochèrent les feuilles meurtries des plantes à l'extérieur. Tu avais déjà souvent discuté avec le propriétaire, il tenait à ces plantes. Sale grêle de merde. Tu serrais les poings dans tes poches en approchant de quelques pas. Tu n'étais jamais revenu ici, depuis l'incident. Tu te l'étais refusé, encore et encore, mais, maintenant que tu étais là, face au fait, tu te sentais un peu stupide. Mal mais stupide. Tu avais l'impression de travailler sur ton traumatisme. D'avancer. Et c'était certainement le sentiment le plus étrange que t'ai jamais ressenti.

Et puis, la silhouette au fond de la boutique t'arracha un nouveau frisson d'angoisse. C'était lui. Tu savais que c'était lui, tout simplement parce que ça ne pouvait être personne d'autre. Tu n'arrivais pas réellement à lui en vouloir de ce qui était arrivé, d'un côté c'était même totalement ta faute. Vous avez besoin d'aide ? Tu hésites, sur le pas de la porte, les pieds au milieu des feuilles déchirées. Tes mots, balayés par le vent glacial, n'arrivent certainement même pas jusqu'à lui, et tu baisses les yeux, tu voudrais fuir, tu te sens complètement idiot.



SORROW.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 16/04/2017
▸ Messages : 49
▸ Ft : Kim Taehyung (V)
▸ Fiche : { vacuum cleaner }
▸ Liens/rps : { God of Dirt }
▸ Age : 21 ans
▸ Occupation : Propriétaire du salon de thé-librairie Rust, Tea & Peace et botaniste le reste du temps.
▸ Couleur : #FF8D50
▸ Rps en cours : { Ft.Evan Ft.Narcisse }
▸ DC : Abriel

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Avr - 1:28
Viol buccal et gêne retrouvée × ft. EVAN

 Tapi dans l'ombre, Athénodore s'était retourné, aveuglé par la lumière pénétrant par la porte encore ouverte de la boutique il avait plissé les yeux, appelé par un murmure porté par une brise glaciale, si bien qu'il avait tout d'abord cru avoir rêvé l'appel.
La silhouette, a contre-jour, ne lui était pas méconnue, si bien qu'interpelé par ce nouveau venu inattendu et pourtant bienvenue, il avait légèrement penché la tête sur le côté afin de mieux percevoir l'inconnu, découvrant une partie de son visage à la douce lumière.
Il n'avait pas fallu bien longtemps au jeune homme pour reconnaître son interlocuteur. Un masque et des gants qu'il ne connaissait que trop bien malgré le temps passé sans les apercevoir. Prit au dépourvu, il se releva à la hâte, s'épousseta par peur de faire fuir le plus jeune, bien qu'il n'y ait là aucune réelle nécessité à le faire au vu de la propreté absolue de son manteau, puis, jouant avec le pan de son col roulé à la manière d'un enfant trop timide pour parler, il s'avança légèrement avant de plonger ses yeux dans les couleurs boisées des lattes sous ses pieds, ne sachant où trop le fixer.

« Hum... Je ne veux pas vous déranger... Et vous avez peut-être d'autres occupations... Et il y a de la terre partout... »

Il n'était pas bien clair et sa voix naturellement basse avait légèrement monté face à son insécurité du moment. Il s'en voulait encore d'avoir succombé à la tentation, de lui avoir volé un baiser sans même une raison valable. Il en avait simplement eu envie. Envie de bien plus encore sur le moment, mais jamais il n'avait ressenti ce désir jusqu'à ce jour. Alors, il avait simplement suivi ce que lui dictait sur le moment son corps, lui qui n'avait pas pour habitude d'y être confronté. Il aurait dû se douter que quelque chose ne tournait pas rond, mais il l'avait compris bien plus tard, le 12 décembre, lorsque à son tour il était devenu l'hôte de son pouvoir. Alors au final, ce n'était ni la faute de ce jeune homme qui n'avait rien demandé, ni la sienne, mais cela ne lui enlevait pas le poids d'une culpabilité qui lui criait sa responsabilité. Peut-être était-il trop tactile après tout. On lui avait déjà fait la remarque. Pas de manière blessante, mais assez de fois pour qu'Athénodore prenne réellement en compte ce qui semblait être un problème pour les autres. S'il ne l'avait pas frôlé, rien ne se serait passé.
Et devant le plus jeune, il se sentait à présent sale. Salis de par ses gestes, mais également de par sa nouvelle nature. Ce n'était pas un secret que l'étudiant détestait les bactéries, la poussière, et le problème était là. Il était la poussière qui se déposait là où il voulait peut-être poser ses mains. Il était la poussière qui envahissait son quotidien de ses nombreuses particules volatiles. Alors, plus honteux encore qu'il ne l'était auparavant, il avait attrapé le sac-poubelle qu'il avait déposé plus tôt ainsi qu'un balai et attendit que le jeune homme réponde, ne levant les yeux vers lui qu'à intervalles réguliers, comme pour s'assurer de sa présence et priant presque pour qu'il reste lui donner un coup de main qu'il n'osait pas demander. Et autant dire que balayer les cadavres de ses fleurs lui plombait le moral, alors si une quelconque personne pouvait le faire à sa place, il n'était clairement pas contre, mais il ne voulait pas abuser de sa gentillesse.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 15/04/2017
▸ Messages : 33
▸ Ft : jeon jungkook {bts}
▸ Crédit : sierra
▸ Fiche : { scars }
▸ Liens/rps : { falling away }
▸ Age : 19 ans {03.08}
▸ Occupation : étudiant en commerce, pianiste
▸ Couleur : #BBD2E1
▸ Thème : loïc nottet - million years
kh sam yung - scherzo di notte
mark of two - memories under the moon
▸ Rps en cours : ashkan } athénodore
▸ DC : vanitas } nessie } gladio

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 15:01
Il te regardait pas dans les yeux. Il n'osait pas te fixer. D'entre vous deux, qui aurait dû être le plus gêné par la situation ? Tu n'en savais trop rien. A vrai dire, tu avais préféré repousser cette question, jusqu'à ce jour. Jusqu'à maintenant. Tu avais peur, une peur maladive, une peur qui serrait ton estomac et secouait ton esprit jusqu'à le rendre parfaitement inutilisable. Et pourtant, habituellement, tu réfléchissais, tu ne faisais que cela. Tu rationalisais. Et quelque part, ta peur s'intensifia tant que sans l'écouter, tu faisais un pas vers lui, sans l'écouter, tu entrouvrais les lèvres, sous ton masque sombre, et fixait ton regard sur son visage. Tu avais l'air sévère. L'air qu'arborait Nessie quand elle voulait t'apprendre des choses, quand elle voulait d'apprendre à être comme elle, quand elle voulait faire de toi un adulte. Regardez moi. Tes mots sifflent, scindent l'air lourd de la pièce. Tu ressemblerais presque à un vengeur, masqué, costumé. Mais il n'en est rien. Il faut que tu avances, il faut que tu te détaches de ce souvenir douloureux.

Tu regrettes, sans doute, parce que presque immédiatement tes yeux se posent ailleurs et tu soupires. A qui tu mens Evan ? Tu n'es pas comme Nessie. Tu n'es même pas vraiment un adulte. Tu ne peux pas faire illusion. Et tu te sens juste plus mal à l'aise que tu ne l'étais avant. Ta bouille est pleine de culpabilité alors que tu fixes les grains de poussière qui volent sur le parquet brillant. Tu veux mourir. L'angoisse te reprend, elle grimpe, elle arrive, tu l'entends, comme une horde au galop, tu l'entends. Tu ne devrais pas être ici. Tu ne sais même pas pourquoi tes pas t'ont spontanément guidé ici, comme s'ils avaient oublié, comme s'ils voulaient que tout redevienne comme avant. Comme s'ils voulaient que tu puisses à nouveau te complaire de la quiétude du salon de thé, comme si tu pouvais à nouveau être entier, être en sécurité ici. Mais de toute évidence, ce n'est pas le cas.

Tu as un léger mouvement de recul, tu extirpes tes mains gantées de tes poches, comme pour t'apprêter à faire quelque chose, sans vraiment savoir quoi. Il a raison, il y a de la terre partout. Tu te revois, enfant, jouant dans les parterres de fleurs de Papa sous le regard anxieux de Maman, tu entends ses murmures, encore, comme des malédictions, des mauvais présages. Il pourrait se faire piquer. Il pourrait être allergique. Il pourrait mourir de mille façons, simplement dans le jardin. Tes doigts se crispent et le cuir sombre crisse sous le mouvement. Maman a raison. Tu pourrais mourir, tu pourrais mourir et pourtant tu es toujours vivant. Tu tiens encore le coup. Tu relèves finalement les yeux vers le propriétaire, l'air un peu plus déterminé. Mais il était déjà en train de s'occuper de ranger. Tu te sentis idiot, combien de temps avais-tu passé plongé dans tes pensées, dans tes souvenirs ? Tu approchais, et attrapais le balai pour le passer contre le sol. Des gestes bien rodés, des gestes que tu connaissais par coeur, toi qui nettoyait ce qui était déjà propre. Les sillons de terre sur les pavés, creusés par le passage du balai, te laissaient pensif, songeur. Et tu n'osais plus rien dire, de peur de dire une bêtise.



SORROW.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 16/04/2017
▸ Messages : 49
▸ Ft : Kim Taehyung (V)
▸ Fiche : { vacuum cleaner }
▸ Liens/rps : { God of Dirt }
▸ Age : 21 ans
▸ Occupation : Propriétaire du salon de thé-librairie Rust, Tea & Peace et botaniste le reste du temps.
▸ Couleur : #FF8D50
▸ Rps en cours : { Ft.Evan Ft.Narcisse }
▸ DC : Abriel

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Avr - 11:59
Viol buccal et gêne retrouvée × ft. EVAN

 “ Regardez-moi.

L’ordre était d’un tranchant net, si bien que les mots se plantèrent avec violence en Athénodore qui ne s’attendait absolument pas à cette soudaine autorité venant du jeune homme qu’il avait l’habitude de voir avant l’accident et qu’il aurait jugé doux. Cependant, il fut d’autant plus surpris de la demande. Il imaginait bien la gêne du plus jeune, mais celui-ci lui demandait de relever le visage. Peut-être allait-il le regarder avec dédain, ou bien lui cracher qu’il était répugnant, mais malgré cette nouvelle pression sur lui, le blond leva les yeux sur le visage qui lui faisait face. Et quelle ne fut pas sa surprise de voir ce visage le fuir du regard, légèrement incliné. Alors, il eut un sourire tendre. Il avait l’impression de voir un enfant tant le jeune homme face à lui semblait aussi bien le fuir que l’appeler. Il trouvait cette indécision adorable, mais ne perdit pas plus de temps à le fixer, lui qui semblait s’être perdu dans une léthargie soudaine.
Il était donc sorti et commençait à ramasser à contre coeur les cadavres de feuilles éventrées par le temps. Plus il y pensait, plus Athénodore avait l’impression que le monde courait à sa perte. Au fil des intempéries, le blond prenait peur. Pour l’instant, il y avait bien plus de dégâts matériels que de blessés, bien qu’il ne puisse pas les ignorer, et la ville semblait fonctionner au ralenti, comme hors du temps. Pourtant, la désolation laissait vite place à une ville animée par le court de la vie qui reprenait inlassablement. Athénodore se sentait hors de tout ça. Comme compressé à l’intérieur de quatre murs, il se demandait si de l’autre côté du brouillard le monde était dans le même état. Bien sûr, il y avait la télévision, mais il aurait voulu de ses propres yeux voir ce qu’il s’y passait.
Le jeune homme soupira, puis continua sa tache, sac-poubelle à la main. Un bruit de frottements attira cependant son attention qui se fixa sur le plus jeune. Il était resté et cela fit plaisir au plus vieux qui ramassa le reste en vitesse avant de se diriger vers la poubelle. Il passa devant celui qui passait le balai et dans un sourire adorable qui lui était propre, s’adressa à lui :

Merci beaucoup de m’aider, ça me fait réellement plaisir.

Il alla ensuite poser le sac aux côtés de la benne, mais non pas dedans puisqu’il se refusait de jeter ses déchets végétaux avec ceux ménagers. Il allait simplement les réutiliser pour faire du composte.
En revenant, il s’arrêta de nouveau prêt du jeune et lui demanda, pas super-certain de ce qu’il faisait :

Si vous voulez quelque chose à boire, ou à manger, n’hésitez pas à me le dire…

Il espérait seulement ne pas le mettre plus mal à l’aise encore, lui prouver qu’il n’allait pas de nouveau lui sauter dessus et surtout détendre cette atmosphère pesante qui régnait depuis le début de l’altercation. De plus, le blond était curieux de savoir ce qui l’avait poussé à revenir, alors qu’il fuyait son salon depuis un moment déjà. Il n’avait pas de raison apparente et cela attisait la curiosité d’Athénodore qui, il n’allait pas le cacher, poserait bien des questions si l’occasion se présentait.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 15/04/2017
▸ Messages : 33
▸ Ft : jeon jungkook {bts}
▸ Crédit : sierra
▸ Fiche : { scars }
▸ Liens/rps : { falling away }
▸ Age : 19 ans {03.08}
▸ Occupation : étudiant en commerce, pianiste
▸ Couleur : #BBD2E1
▸ Thème : loïc nottet - million years
kh sam yung - scherzo di notte
mark of two - memories under the moon
▸ Rps en cours : ashkan } athénodore
▸ DC : vanitas } nessie } gladio

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Avr - 15:29
T'aurais dû rentrer à la maison. T'aurais dû rentrer te terrer sous tes couettes, tes bouquins, ton travail, ton désinfectant. T'aurais dû rentrer en sécurité. Là où tu connaissais tout par coeur, là où t'avais le contrôle. Mais quelque part, tu te remettais doucement en question. Bien sûr, t'étais pas prêt à lâcher gants et masque du jour au lendemain, tu ne le ferais peut-être jamais, mais t'étais prêt à prendre plus de risques. A retracer ton parcours, à te promettre que tu ferais mieux, à te promettre que t'étais capable. Plus que la mort, t'avais peur d'être seul, t'avais peur d'être le seul frein à ton bonheur. Tu t'isolais, parce que c'était moins risqué, mais justement. Justement être seul, tu détestais cela. Et tu commençais à reculer doucement alors qu'il attrapait le sac pour le mettre près de la benne de déchets que pour rien au monde tu n'aurais touché.

Si vous voulez quelque chose à boire, ou à manger, n’hésitez pas à me le dire… Sa voix te ramena à la réalité. Tu devais prendre des risques, oui. Tu devais sortir de cette zone de confort aseptisée que tu t'étais forcé à graver autour de toi. Tu devais faire tomber les murs infranchissables que t'avais mis des années à construire. Sinon tu finirais seul, seul dans une pièce blanche et propre. Seul avec tes regrets et tes pensées qui hurlaient. Ton esprit, solide outil et fidèle bourreau hurla quelque chose comme : ne t'avises pas de lui répondre, Evan et ton cœur papillonnait déjà à l'idée que ses fleurs puissent revivre, revenir colorer les grands bacs devant le salon. T'étais juste un enfant, en vrai. Vous avez un peu de ce cheesecake que je venais manger tout le temps ? Tu vires au rouge quand tu comprends que ta bouche a décidé de parler sans ton accord. Le pire c'est que t'as même pas faim, en vrai. T'as même pas envie de manger, et maintenant t'as même carrément l'estomac noué, voire envie de vomir. T'as le coeur au bord des lèvres, t'as l'impression de lui avoir proposé un rencard tellement t'es mal. C'est con. C'est juste débile en vrai. C'est pas possible d'être aussi timide, aussi maladroit, aussi idiot que toi. Tu songes quand même très fort à fuir, encore. Parce que c'est plus facile. Mais tes jambes sont tétanisées. Au pire, quoi ?



SORROW.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 16/04/2017
▸ Messages : 49
▸ Ft : Kim Taehyung (V)
▸ Fiche : { vacuum cleaner }
▸ Liens/rps : { God of Dirt }
▸ Age : 21 ans
▸ Occupation : Propriétaire du salon de thé-librairie Rust, Tea & Peace et botaniste le reste du temps.
▸ Couleur : #FF8D50
▸ Rps en cours : { Ft.Evan Ft.Narcisse }
▸ DC : Abriel

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Mai - 12:17
Viol buccal et gêne retrouvée × ft. EVAN

 Comme un doux rayon de soleil dans cette matinée hivernale, la réponse du plus jeune chauffa le coeur d’Athénodore qui ne s’attendait pas le moins du monde à cette réponse. Si bien qu’aux nouvelles rougeurs du jeune homme, qui témoignaient d’une timidité certaine qui lui donnait l’envie de lui mordre les joues, ce qu’il ne ferait jamais au risque de le voir fuir de nouveau, le blond sourit grandement  et plus tendrement encore qu’il ne l’avait fait auparavant. Il retint cependant un léger rire lorsque l’idée du bleuet lui vint en tête.

Oui, il m’en reste.

Il le détaillait quelques secondes encore, imaginant à la place de son visage un bleuet, ce qui tira une moue à Athénodore lorsque celui-ci se rendit compte de l’horreur que ce serait.
Il entra ensuite dans le salon de thé, invitant le jeune homme à entrer. Il se lava les mains rigoureusement, puis se dirigea en cuisine pour aller chercher un morceau du fameux cheesecake qu’il mit dans une assiette accompagnée d’une cuillère, ainsi qu’une théière avec deux tasses, ne sait-on jamais puisque lui prenait volontiers un thé. Il les posa sur la table la plus proche du brun, puis l’invita à s’asseoir dans un sourire. Il était content de le voir, c’était indéniable. Et pourtant, il doutait que la suite des évènements lui plaise réellement.
Le plus vieux versa l’infusion dans l’une des deux tasses à thé présentes, et attendant que l’autre le rejoigne à table, il plaça ses mains autour pour les réchauffer. Son regard se fixa sur celui qui lui faisait face. Il ne savait pas comment aborder le sujet, mais c’était important, parce qu’il ne voulait faire fuir à nouveau le plus jeune, mais prendre des pincettes n’était pas son genre non plus. Il soupira doucement en baissant les yeux, puis inspira une bouffée d’air avant de lui demander, incertain :

Excusez-moi, surtout si je suis un peu brutal, mais vous n’avez pas un ‘problème’ avec le contact . Athénodore s’enfonçait, alors, peu désireux de tourner autour du pot, il en vint au fait. Enfin, vous avez une espèce de don étrange . Enfin, don, si l’on peut réellement appeler ça de cette manière. Je ne voulais pas vous sauter dessus comme ça la dernière fois, j’en ai tellement honte. Je suis désolé. Ce n’était pas maîtrisé, je ne l’aurais jamais fait en temps normal. Et ne fuyez pas, ce serait blessant, et j’aime bien vous voir. Même si ce n’est pas forcément partagé, pardon. C’est égoïste.

Le blond se réfugiait derrière sa tasse, les joues rougies de gêne face à ses propres interrogations, il semblait fusionner avec le liquide brûlant, se liquéfiant sur place. S’il avait pu se terrer dans une pièce sombre et abandonnée, recroquevillé dans un coin, loin du monde, derrière un tas de sac plastiques assez grand pour le cacher de la vue de quiconque voudrait jeter un regard à son visage décomposé par la gêne ou plus globalement son corps qui semblait devenir pâteux à ses aveux.
Il était trop honnête, peut-être. Très certainement. Et ça jouait en sa défaveur. Il avait envie de fuir à présent et de disparaître. Il n’aurait peut-être pas dû, en fin de compte, aborder le sujet. S’il s’avérait que le plus jeune n’ait rien à voir avec tout ça, il passerait pour un fou et il ne pourrait même pas fuir, tout ce qu’il avait était là et sortir de la ville lui était impossible. Alors, coincé entre la pensée qu’il ne lui dirait très certainement jamais s’il avait un pouvoir quelconque, que c’était très certainement étrange de demander ça, mais il espérait qu’il comprenne que lui aussi s’était retrouvé dans ce merdier, enfin aussi, il en était presque certain que l’autre en face subissait également ça, mais après tout, il restait quelques chances infimes que ce ne soit pas le cas.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 15/04/2017
▸ Messages : 33
▸ Ft : jeon jungkook {bts}
▸ Crédit : sierra
▸ Fiche : { scars }
▸ Liens/rps : { falling away }
▸ Age : 19 ans {03.08}
▸ Occupation : étudiant en commerce, pianiste
▸ Couleur : #BBD2E1
▸ Thème : loïc nottet - million years
kh sam yung - scherzo di notte
mark of two - memories under the moon
▸ Rps en cours : ashkan } athénodore
▸ DC : vanitas } nessie } gladio

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 21:30
Il avait approuvé, et voilà qu'il t'entraînait dans la salle principale du salon. C'était étrange, d'en être le seul client. C'était étrange de te retrouver seul avec lui. Tu ne savais pas si tu avais vraiment peur ou quelque chose d'autre, tu ne savais pas. Et tu avais étrangement l'impression de ne rien savoir. Rien savoir du tout. Tes doigts te démangeaient. C'était toujours pareil, dans l'adversité tu n'avais qu'une envie, aller te désinfecter. Nettoyer, et nettoyer encore. Faire partir ces traces, faire partir ton identité, faire partir la peur qui te rendait sale, faire partir les souvenirs. Tout effacer. Tout détruire. En puis, il y avait autre chose. Autre chose qui demeurait au fond de ton esprit, comme un esprit malin. Cela faisait des semaines, peut-être même des mois que tu n'avais pas touché un piano. Des mois et tu sentais le manque te serrer le coeur. C'était ton refuge, au delà de l'enfermement, des quatre murs blancs, immaculés de ta chambre. La musique, c'était la seule chose capable de te calmer, de te vider la tête. Et le silence était terrible. Le silence était pire que tout, de lui émergeait les doutes, les angoisses. C'était sans doute la raison pour laquelle tu parlais tant que tu étais paniqué. Mais pas cette fois. Cette fois tu n'y arrivais pas. Cette fois tu avais trop peur.

Et finalement. Excusez-moi, surtout si je suis un peu brutal, mais vous n’avez pas un ‘problème’ avec le contact. Tes doigts se serrèrent autour de la petite cuillère argentée, tes yeux s'emplirent de larmes. Tu avais envie de disparaître. Tu avais envie d'être rayé de cette terre, maintenant, tout de suite. Tu n'avais pas envie d'écouter la suite, tu avais juste envie de te lever et de partir mais tes jambes refusaient tout mouvement et elles tremblaient comme jamais. Enfin, vous avez une espèce de don étrange. Enfin, don, si l’on peut réellement appeler ça de cette manière. Je ne voulais pas vous sauter dessus comme ça la dernière fois, j’en ai tellement honte. Je suis désolé. Ce n’était pas maîtrisé, je ne l’aurais jamais fait en temps normal. Il débitait ses mots si rapidement que tu n'avais même pas le temps de répondre, pas le temps de fuir, pas le temps de te défendre, tu n'avais le temps de rien d'autre que de subir. Et ne fuyez pas, ce serait blessant, et j’aime bien vous voir. Même si ce n’est pas forcément partagé, pardon. C’est égoïste. Si tu avais le malheur de bouger, le malheur de finalement te relever, le malheur de grimacer, tu prenais le risque de le blesser. En vérité, tu n'avais pas envie. Tu n'étais pas rancunier, juste proprement terrifié. Et tu ne savais pas quoi dire, tu avais le coeur au bord des lèvres, si proche qu'il aurait pu le cueillir, du même baiser qu'il t'avait imposé la première fois. Tu baissais les yeux sur le liquide ambré du thé, respirant sa fumée comme s'il avait pu te guérir, te protéger. Comme s'il avait été magique.

Et puis. Finalement, sans savoir vraiment comment, ni pourquoi, ta langue se délia. Tu avais besoin de dire quelque chose. Ce silence était insoutenable. Terrifiant. Alors tu murmurais, si bas que tu ne fus pas sûr qu'il puisse bien entendre ce que tu disais. C'était la première fois, la seule fois qu'il s'est manifesté. Tu avais fermé les yeux, sentir son regard retomber sur toi, c'était presque pire que s'il t'avait touché à nouveau. Tu te sentais mis à nu, vulnérable, toi qui cherchait toujours tant bien que mal à monter des murs, à te défendre contre tout, et tout le monde. C'était mon premier baiser. Cette fois les larmes roulèrent sur tes joues, lourdes et tièdes, acides. Tu pleurais beaucoup, en réalité, ce n'était pas si surprenant, mais tu prenais soin qu'on ne te voit jamais faire. Tu t'assurais d'être seul. Alors faire tomber ainsi tes défenses face à un ... oppresseur ? C'était inhabituel.



SORROW.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 16/04/2017
▸ Messages : 49
▸ Ft : Kim Taehyung (V)
▸ Fiche : { vacuum cleaner }
▸ Liens/rps : { God of Dirt }
▸ Age : 21 ans
▸ Occupation : Propriétaire du salon de thé-librairie Rust, Tea & Peace et botaniste le reste du temps.
▸ Couleur : #FF8D50
▸ Rps en cours : { Ft.Evan Ft.Narcisse }
▸ DC : Abriel

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Mai - 21:09
Viol buccal et gêne retrouvée × ft. EVAN

 Les perles nacrées coulant sur les joues de porcelaine du jeune homme assit en face de lui fut un glaive planté dans la gorge d’Athénodore. Il était impuissant face à ses larmes. Il ne lui était pas possible de faire comme à son habitude, doucement le prendre dans ses bras, le rassurer. Il était là, à le regarder déverser une triste pluie alors que peu à peu la culpabilité rongeait le blond. Bien que le concept de premier baiser échangé avec la personne aimée lui était étranger, il ne se souvenait pas lui-même de ce baiser qui se devait être exceptionnel, il en était peut-être mieux ainsi, il se sentait mal pour le plus jeune. Il lui avait volé son premier baiser. Ce premier baiser qui semblait être important à ses yeux. Il avait l’impression de l’avoir violé. Peut-être était-ce le cas finalement ? Il n’en savait pas grand-chose, jamais il n’avait imaginé un jour se poser cette question pourtant si fondamentale. Lui, un violeur. Un violeur buccal. Il se sentait coupable d’avoir touché à ses lèvres, d’y avoir goûté sans même en avoir l’autorisation. Alors oui, il comprenait plus que bien qu’il ait fui pendant si longtemps son salon de thé.
Légèrement tremblant, il sortit de la poche de son manteau un paquet de mouchoirs non entamé, il fallait toujours prendre ses précautions, et le tendit au plus jeune sur la table, avant de reprendre sa main avec laquelle il joua un instant, angoissé de la réaction du jeune homme suite à ce qu’il allait lui dire.

Vous savez, je suis certain que vous pourriez apprendre à le contrôler avec le temps… Et puis, du temps, vous en avez. Vous êtes jeune et un premier baiser n’est jamais le meilleur, on ne sait jamais trop comment s’y prendre et pire encore moins avec un inconnu qui vous l’a imposé. Un jour, lorsque vous serez prêt et que vous en aurez envie, lorsque vous aurez trouvé la personne avec laquelle vous voudrez passer du temps, vous pourrez goûter à un réel baiser. Et celui-ci sera le véritable premier baiser, parce qu’il sera différent, il sera parfait. Doux, ou peut-être pas, mais l’effet sera le même, ce sera un véritable premier baiser. Avec la personne que vous aimerez si, c’est ce que vous souhaitez. Alors ne vous focalisez pas sur moi, même si c’est peut-être facile à dire pour moi alors que j’ai l’impression de vous avoir violé la bouche, et dites-vous que ce n’était pas un réel premier baiser, voulu.

Athénodore n’était pas certain de ce qu’il avançait. C’était une logique comme une autre après tout, mais lui, à qui cette notion échappait, avait l’impression de baratiner. Il ne connaissait pas assez le plus jeune pour savoir le réconforter de la meilleure manière qui soit, mais il lui était hors de question de le laisser dans cet état. Il semblait fragile avec ses yeux rougis. Poupée de porcelaine, il semblait au blond qu’au moindre impacte il briserait entre ses doigts sa fragile peau. Alors, l’envie de le garder dans ses bras, de le protéger du monde extérieur, lui était venu. Cependant, en avait-il seulement le droit ?
Plongé dans sa réflexion, Athénodore regardait le fragile jeune homme déverser ses larmes en se mordant la lèvre inférieure après avoir pincé celle-ci avec son homologue. Il était droit sur sa chaise, sa tension était à son comble et les soubresauts de sa jambe gauche en étaient une preuve parmi tant d’autres. Son regard était fixe. Transperçant. Il cherchait un moyen de le rassurer, de lui faire comprendre qu’il était là si l’envie et le courage y était.

Et puis, s’il vous faut du temps, je comprendrais si vous ne voulez pas me voir. C’est légitime et je respecte ce choix. En revanche, si vous avez besoin de parler, je serais là. Et vous pouvez pleurer, je ne vous jugerai pas. C’est normal de pleurer, c’est humain, et ça fait du bien de temps en temps. Ça évacue le stress et les mauvais sentiments.

Le plus vieux offrit un autre sourire à la personne en face de lui, un sourire étrangement rectangulaire, qui dévoilait ses dents rendues plus blanches encore grâce à sa peau légèrement hâlée. Athénodore se voulait rassurant, tendre, et ses paupières légèrement plissées donnaient à son regard une dimension presque enfantine.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 15/04/2017
▸ Messages : 33
▸ Ft : jeon jungkook {bts}
▸ Crédit : sierra
▸ Fiche : { scars }
▸ Liens/rps : { falling away }
▸ Age : 19 ans {03.08}
▸ Occupation : étudiant en commerce, pianiste
▸ Couleur : #BBD2E1
▸ Thème : loïc nottet - million years
kh sam yung - scherzo di notte
mark of two - memories under the moon
▸ Rps en cours : ashkan } athénodore
▸ DC : vanitas } nessie } gladio

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 15:48
Athénodore était certainement une bonne personne. Il avait tout de la bonne personne. Il était doux, avenant, poli, souriant. T'aurais aimé être comme lui, être aussi décomplexé, être aussi respectable. Mais t'étais pas comme lui. Et plus le temps passait, plus t'avais l'impression que tu serais jamais comme lui. Est-ce qu'un jour tu pourrais réellement prétendre à avoir un relation normale avec quelqu'un ? Parce que si ton pouvoir se déclenchait au moindre toucher, personne ne serait jamais capable de te désirer sans que tu force les choses ? L'idée te donna un haut-le-coeur. Ton coeur était déjà sacrément secoué par tes sanglots que tu étouffais tant bien que mal. Pleurer, fallait pas le faire chez toi. Et pourtant tu le faisais souvent. Maman te disait que c'était normal, que tu étais fragile, qu'il fallait faire attention. Papa essayait tant bien que mal de te consoler mais généralement lorsque tu pleurais, enfant, c'était toujours pour la même raison. Oh, ce n'était pas une mauvaise chute dans les escaliers ou une piqûre d'insecte, ils t'empêchaient tellement de vivre que tu n'aurais même pas pu vivre cela, non, c'était Narcisse. On t'empêchait de voir ton frère, et toi, t'avais horreur de ça. Ils t'avaient mis en tête que ton aîné te détestait et à force de bourrage de crâne tu avais simplement finit par le croire. Si tout le monde le disait, alors pourquoi cela aurait-il été faux ? Tu t'étais senti bien seul, même entouré de médecins et autre personnel médical, tu n'avais pas le droit à l'école, pas le droit de jouer, pas le droit de voir d'autres enfants. Heureusement le lycée t'avait sorti de cet enfer. Bien sûr, ce n'était que par intermittences, bien sûr tu disparaissais des mois entiers pour subir toutes sortes de pseudos-thérapies visant à guérir une maladie que t'avais même pas. A croire que tes parents et reprochaient de pas tomber malade. Et toi, ça t'avait retourné le cerveau tous ces trucs. Toi tu savais plus qui croire, alors t'avais simplement choisi de croire ta mère quand elle te disait que tout pouvait te tuer. C'était moins risqué de la croire plutôt que de tenter et de voir qu'elle avait raison, après tout. S'empêcher de vivre, c'était toujours moins pire que de mourir.

Et puis, Athénodore parlait de cette histoire de premier baiser et à la vérité tu savais pertinemment à qui tu aurais rêvé de le donner, ce baiser. Même si l'idée te terrifiait, il y avait bien une personne pour qui tu aurais sans doute été prêt à mettre de côté toutes tes frayeurs, par choix. Mais l'idée était débile et ce n'était même pas réciproque. Mieux valait donc s'empêcher d'aimer que d'être déçu. Lorsque tes yeux accrochèrent le jeune propriétaire, alors que ta vision était encore toute brouillée par tes larmes, tu ne pu t'empêcher de fixer ses lèvres. Oh, depuis l'incident tu faisais une fixation sur les lèvres des gens, à te demander encore et encore si tu pourrais à nouveau ressentir quelque chose d'aussi fort, d'aussi transportant. Tu fixais le jeune homme en te demandant ce que tu ressentais vraiment, et malgré toi les mots s'échappèrent de tes lèvres, bredouillés, mal amenés. J-je crois que j-j'ai aimé ç-ça. Et tes joues virèrent à l'écarlate alors que tu baissais les yeux. Bon dieu mais pourquoi tu le fixais comme ça, c'était tellement impoli ! Au moins tu avais cessé de fixer ses lèvres, et cessé tout autant de sangloter. En vrai t'étais juste tétanisé sur ta chaise, à souhaiter mourir, ou disparaître, ou te téléporter dans ton lit soudainement. T'aurais vendu ton âme pour avoir hérité de ce genre de pouvoir. Le tien était vraiment pourri.



SORROW.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 16/04/2017
▸ Messages : 49
▸ Ft : Kim Taehyung (V)
▸ Fiche : { vacuum cleaner }
▸ Liens/rps : { God of Dirt }
▸ Age : 21 ans
▸ Occupation : Propriétaire du salon de thé-librairie Rust, Tea & Peace et botaniste le reste du temps.
▸ Couleur : #FF8D50
▸ Rps en cours : { Ft.Evan Ft.Narcisse }
▸ DC : Abriel

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Juil - 21:28
Viol buccal et gêne retrouvée × ft. EVAN

 “ J-je crois que j-j'ai aimé ç-ça.

Athénodore n’était pas aveugle, ni plus bête que qui que ce soit, pourtant, il ne s’était en rien douté à ce que le jeune homme avait apprécié. Il avait eu l’impression de l’avoir dégoûté à vie. lorsqu’il l’avait vu tomber à la renverse ce jour-là, il avait cru le tuer, le faire fuir à jamais. Il y avait longtemps cru et l’événement s’était peu à peu ajouté au poids de sa conscience. Alors, ne sachant s’il devait être gêné ou bien amusé, il s’était contenté de rougir doucement, quelque peu, son sourire étirant tendrement ses lèvres. Le jeune homme était purement adorable. Il semblait si pur, si fragile, le blond ne pouvait qu’être des plus doux avec lui. Pourtant, il ne l’était pas tous les jours, bien qu’il en ai l’air. Il n’aimait pas particulièrement sortir de sa zone de confort Athénodore. Il perdait facilement ses moyens au moindre imprévu dans une discussion. Toutes ses fonctions sociales étaient basées sur des acquis, alors, il lui arrivait de ne pas savoir agir en conséquence, de faire des boulettes. Il n’était pas naturel, il fuyait les contacts prolongés. Les relations trop envahissantes où il avait peur d’être trop direct, trop étrange. Et Athénodore, il avait peur de blesser quelqu’un surtout. Il avait ses mauvais côtés, comme tout le monde. Il pouvait être égoïste, solitaire, froid lorsque l’on cherchait à l’entraîner dans une aventure non voulue, extravagant à souhait, mais il faisait avec. Il était peut-être trop déconnecté de la réalité aussi, pas assez connecté à lui-même. Il était perdu quelque part entre ses rêves et ses souvenirs. Il avait un peu de mal à passer à autre chose, lui aussi. Alors, il souriait et offrait ce qu’il pouvait aux autres. Il leur offrait ce qu’il n’avait pas eu, un peu d’attention et de tendresse.
Il se pencha un peu en avant, curieux et légèrement embarrassé tout de même. Il avait bien envie d’en savoir plus sur ce petit bout d’homme qui s’était décidé à revenir par lui-même, peut-être pour régler le problème, peut-être pour passer au-dessus et commencer autre chose.
 
Vous croyez ?

Deux mots, gênants, il le savait peut-être un peu trop. Il jouait avec le feu. Il ne voulait pas le voir partir, pourtant la curiosité le rongeait.

De toute manière, il n’y a aucun mal, vous n’avez pas à rougir comme ça. Je ne m’y attendais pas par contre, je dois l’avouer. Je croyais vous avoir dégoûté à vie. Vous voulez un nouveau morceau de gâteau ?

Et heureux qu’il ne lui en veuille pas autant qu’il l’aurait cru premièrement. Il avait peut-être envie de parler avec lui un moment encore. Il l’aimait vraiment bien, ce jeune homme qui ne semblait pas bien connaître la vie. Il voulait lui présenter des choses. Il voulait l’aider s’il avait besoin. Il se sentait immensément stupide à cet instant. Il était gêné par ses propres paroles, sûrement. Il voulait lui conter son amour pour les plantes. Leur beauté. Il voulait lui montrer chaque herbe, chaque fleur, chaque arbre. Athénodore avait envie de le connaître, sûrement, mais il avait terriblement peur de le faire fuir également. Il se sentait sale à côté. Trop de vice, trop de non-dit, trop de poussière également. Maintenant il se sentait un peu stupide, perdu dans ses pensées niaises de liens fictifs, jouant avec ses mains sur le bord de la table.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the disappearance of stars :: chapitre 1 ; :: L'Octant :: Avenue commercante :: Rust, tea & peace-
Sauter vers: