:: chapitre 1 ; :: Les CDC Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amélie Poulain, en plus violente ° Sirius

avatar
▸ Date d'inscription : 24/04/2017
▸ Messages : 51
▸ Ft : Sasha Lane
▸ Crédit : hedgekey ° shyamalans
▸ Fiche : ° Plop - ° Liens
▸ Age : 20 ans
▸ Occupation : Barmaid ° Artiste de rue ° Fouineuse ° Voleuse
▸ Couleur : Plum
▸ Thème : Ester Dean - Crazy youngsters ° Lorde - Yellow Flicker Beat ° Pentatonix - Sing ° Oh Land - White Nights ° Sigur Rós - Varúð
trevanterhodes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 1:42
C'est la première semaine du retour des représentations extérieures, déterminées par le retour du temps un peu plus chaud. Malgré quelques incertitudes de la météo (pas toujours causée par sa faute), ils ont quelques belles journées pour débuter.
Les dons sont ramassés après chaque environ quarante minutes, soit plus au moins la durée d'un spectacle. La place est ensuite changée, et il faut recommencer.
Ce qui n'est pas très routinier, car d'une journée à une autre, ils essaient toujours de varier leurs numéros pour éviter que les habitants de Polaris ne s'arrêtent plus car c'est toujours du déjà-vu pour eux.
Après quelques heures à bouger devant des passants de toutes sortes, à les impressionner autant que possible, la relève a été prise par d'autres.
C'est donc pépère qu'elle rentre chez elle, afin de prendre une douche qui est plus que méritée. On lui lance quelques regards dans le bus, mais elle ne bouge pas. Elle est habituée. Que ce soit à cause de sa couleur, de ses cheveux, de ses tatouages, ou bien son odeur, dans ce cas présent, suite à une journée de travail.
Elle affiche plutôt un air fier, mettant les autres aux défis de dire quoi que ce soit. Elle est prête à leur rabattre le caquet, mais personne n'ose ou bien ils se disent qu'il n'y a rien à faire avec elle.
Elle se sent, ce n'est pas très agréable, les lingettes humides ne font pas tout, et elle a bien hâte d'arriver chez elle.
Elle débarque du bus, dit au revoir aux deux collègues toujours présents qui vont débarquer plus loin, s'allume une cigarette,
C'est ce qu'elle comptait faire, jusqu'à ce qu'une scène tout particulièrement révoltante, à ses yeux, ne prenne vie.
Un type, accompagné d'amis qui gloussent – à vue de nez ils ont à peu près le même âge qu'elle, ce qui n'excuse rien, c'est même le contraire – s'amuse à mettre hors d'atteinte un sac contenant elle ne sait pas trop quoi de quelqu'un qu'elle reconnaît, elle ne sait pas c'est qui, mais il est aveugle.
Il n'a rien demandé à personne ce gars. Il marchait, faisant son petit bonhomme de chemin et il a été agressé de cette manière. Elle ne sait pas trop comment il s'appelle, mais elle l'a souvent vu dans le coin. Il doit habiter et/ou travailler à CDC.
D'où il est vient n'est pas important, tout comme l'autre. Il y a certaines conneries qui ne se font juste pas et elle en connaît un bout dans le dictionnaire des conneries. C'est un peu une de ses activités préférées d'en faire.
Son sang ne fit qu'un tour et elle se mit à courir vers cet inconnu afin de l'aider à sa manière. Elle arrive sur le côté et pousse le type. – Hey ! fit-elle, le poussant une deuxième fois.
Les amis ne gloussent plus, et la regarde, surpris, comme s'ils ont oublié qu'ils ne sont pas seuls.
– Tu t'sens fort ? demande-t-elle, d'un ton qui n'amène pas de réponse et qui indique clairement que non il ne devrait pas se sentir fort.
– J'vais te rendre aveugle ! le menace-t-elle. Elle est sérieuse. Elle s'avance vers lui, avec un air menaçant, elle n'a pas peur qu'il soit plus grand et gros que lui, tout comme elle n'a pas peur qu'il a deux amis avec lui.
Le ciel ne tarde pas à se couvrir, à mettre à gronder à son tour, d'accord avec l'humeur qu'elle a en ce moment.
Sa cigarette se fait menaçante entre ses doigts, alors qu'elle veut se diriger vers l'œil de l'autre, rapidement.


Right now we're crazy youngsters ° Time is running out, but who cares we're running free ° They call us crazy youngsters ° We don't apologize, we're mad and running free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 18/04/2017
▸ Messages : 14
▸ Ft : KWON HYUK (DEAN)
▸ Crédit : KILLER FROM A GANG
▸ Fiche : PRINCE DE LA MEUTE
▸ Age : TWENTY
▸ Occupation : LE POINÇONNEUR DE L'OCTANT
▸ Couleur : GOLDENROD SKIN
▸ Thème : △SCO△ - D.O.P.E
JAY PARK - WANT IT
SIMON DOMINIC - SIMON DOMINIC
SKRILLEX - DIRTY VIBE
▸ DC : NINMAH

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 2:05
tous ses sens hurlent. il entend bien trop fort, parle bien trop fort, s'agite dans tous les sens à chaque chose que le bout de ses doigts touche, tout s'agite autour de lui alors qu'il est malmené, ballotté, entouré par les rires gras de porcs qui se croient tout permis. sirius est un loup, un loup estropié, à la vision de jais alors que ses iris se teintent de blanc, doucement. tout est noir autour de sirius et il veut mourir alors qu'on prend l'avantage sur lui. il grogne, un long feulement qui remonte de sa gorge alors que ses mains s'agitent vainement devant lui, comme si les agresseurs -combien sont-ils ?- rient de plus belle, tous fiers, tous arrogants, insolents. et dans ce sac, ce sac qui a échappé à sa précieuse emprise, ce qui lui permet de vivre putain. des sous, des billets, des liasses même, il récupère ce qu'on lui donne sirius, ancienne faucheuse, ange de la mort déchu et le voilà maintenant, à s'agiter vainement comme un enfant trop petit à qui on promet une sucrerie. sirius est malmené, et ça ne semble plus finir, c'est insupportable, et tout son corps est pris de tremblements, presque des convulsions même au niveau des mains, il a les jambes flageolantes, comme si la peur le prenait soudainement au ventre, comme si on l'avait attaqué à la gorge, comme si le danger de mort était près, bien trop près. il sent son pied, au bord, tout au bord du trottoir, bien trop proche des voitures pour son propre bien. putain, si cette mascarade débile ne se termine pas maintenant, c'est sa vie qui va se terminer, quand on le poussera sous les roues d'une bagnole, il le craint.

et soudainement, on interpelle, c'est une voix de femme qu'il ne connait pas. elle semble remontée, déterminée, prête à niquer des mères au besoin. exactement ce dont il a besoin, quelqu'un qui ne souffre d'aucune cécité, qui serait prêt à faire ce que lui aurait fait si on l'avait emmerdé avant qu'il ne perde la vue : taper les cons. l'orage gronde au dessus d'eux, comme témoin de la rage qui anime la nouvelle inconnue, même sirius ressent son aura, comme la détermination d'une guerrière sur le champ de bataille. l'action est ensanglantée dans la vision sombre de sirius, son champ de vision se couvre de rouge alors qu'un mal de tête sans précédent le ronge, soudainement.

il sait bien ce qu'il passe, et il pourrait presque voir le sac se retirer de lui même des mains de ses agresseurs pour revenir dans les mains de son propriétaire. merde. il est grillé, repéré, et le pire dans tout ça c'est qu'il ne peut pas fuir. il a l'air con sirius. surtout que nessie lui avait dit, lui avait interdit d'utiliser son pouvoir devant tout le monde, et pourtant dans la panique il venait de faire tout le contraire. bordel. néanmoins il se félicitait d'avoir aussi bien réussi son coup, c'était glorieux. il grogne. impossible de fuir. il a juste à attendre que l'inconnue se débarrasse des trois abrutis, et à tenter de raconter un mytho valable pour qu'elle ne hurle pas à la sorcellerie. bien.




et bientôt me perdre dans tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 24/04/2017
▸ Messages : 51
▸ Ft : Sasha Lane
▸ Crédit : hedgekey ° shyamalans
▸ Fiche : ° Plop - ° Liens
▸ Age : 20 ans
▸ Occupation : Barmaid ° Artiste de rue ° Fouineuse ° Voleuse
▸ Couleur : Plum
▸ Thème : Ester Dean - Crazy youngsters ° Lorde - Yellow Flicker Beat ° Pentatonix - Sing ° Oh Land - White Nights ° Sigur Rós - Varúð
trevanterhodes
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Mai - 3:12
Celui qu'elle menace avec sa cigarette recule, tout comme les deux autres, probablement impressionnés ou surpris qu'on s'en prenne à eux. À moins qu'ils ne s'attendaient pas du tout à ce que quelqu'un s'en mêle.
Deidre ne pensait pas avoir le dessus aussi facilement. Elle a presque envie de leur dire de réagir, de se défendre, mais elle n'a pas le temps.
Ils regardent autre chose qu'elle et elle fait de même, suivant leur regard, intriguée. Qu'est-ce qui est plus important qu'une cigarette s'approchant d'un œil ?
Le sac s'est mis à bouger seul. Personne ne l'a touché, mais il a bougé. Il y a quelque temps, elle aurait trouvé cela bizarre. Aujourd'hui, avec son pouvoir, ceux de son cercle, elle se dit que cela doit avoir rapport avec ça.
Ce n'est pas parce qu'elle ne l'a jamais vu qu'il ne fait pas parti du sien. À moins qu'un autre cercle existe. Elle ne peut pas vraiment dire.
Dans tous les cas, ce n'est pas très important. Ce qui l'est plus c'est de fuir pour éviter toutes questions quant au pourquoi le sac a bougé seul.
Elle le rattrape avant qu'il ne se fasse encore plus remarquer, jette sa clope par la même occasion, sous le regard ébahi des trois jeunes hommes qui doivent se demander comment le sac est atterri dans ses mains, sans oublier ceux tout autour qui aurait pu s'en rendre compte.
Elle ne sait pas si elle a été assez rapide pour le rattraper et faire comme si de rien n'était. Elle n'est pas du tout partisane de la fuite, c'est tout le contraire, mais il y a quelques exceptions.
Quelque chose lui dit que si toute l'histoire à propos de l'Étoile se fait savoir, ils risquent de finir enfermés quelque part. Que ce soit dans un asile ou bien comme cobaye pour servir à des fins scientifiques. Peut-être même les deux.
Comme se préoccuper de ses fesses est quelque chose qu'elle trouve comme être important, ne pas les laisser à un endroit où quelque chose, que beaucoup risquent de trouver comme louche, lui est très important. Alors, c'est ce qu'elle fait, accompagnée du jeune homme, le prenant par l'épaule afin de l'aider (enfin, elle ne sait pas trop s'il aime ça, mais elle l'aurait fait avec un voyant. C'est un toucher qui veut surtout dire : dépêches-toi !) ne l'oubliant pas, peu importe à quel point elle pense souvent à elle en premier.
– Ils vont penser que ce sac est hanté. fit-elle. – Avec l'orage que j'ai provoqué et le sac qui a volé... Elle n'en dit pas plus, à lui de faire le lien avec le cercle. Ou de ne pas faire de lien car il ne veut pas en parler ou qu'il ne le sait pas car il ne le voit pas...
Elle ne va pas insister, au moins, il est tiré d'affaire... et elle aussi. Bien qu'elle regrette de ne pas leur avoir pété la gueule.
– Tu veux que je retourne les frapper pour pas qu'ils recommencent ? lui demande-t-elle. Bah quoi ? Peut-être qu'il aurait voulu une plus grande vengeance que le sac qui s'envole et le ciel qui gronde.
Cela s'appelle sûrement chercher le trouble, mais elle est plutôt douée pour le trouver. À moins que ce dernier l'aime.


Right now we're crazy youngsters ° Time is running out, but who cares we're running free ° They call us crazy youngsters ° We don't apologize, we're mad and running free
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 18/04/2017
▸ Messages : 14
▸ Ft : KWON HYUK (DEAN)
▸ Crédit : KILLER FROM A GANG
▸ Fiche : PRINCE DE LA MEUTE
▸ Age : TWENTY
▸ Occupation : LE POINÇONNEUR DE L'OCTANT
▸ Couleur : GOLDENROD SKIN
▸ Thème : △SCO△ - D.O.P.E
JAY PARK - WANT IT
SIMON DOMINIC - SIMON DOMINIC
SKRILLEX - DIRTY VIBE
▸ DC : NINMAH

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Mai - 19:25
ils ont l'air con, miss météo et alakazam. sirius est perdu, le monde est sombre autour de lui et il lui arrive de perdre l'équilibre, incapable de rester debout longtemps, il est comme une poupée cassée, déboussolée. au début il a eu peur de la terrifier, sa sauveuse, mais il se rend bien compte qu'elle est comme lui, qu'elle et sirius ne sont pas liés mais que quelque chose les relie, un lien mystique, les étoiles tombant du ciel les rejoignant, eux deux personnes lambda. rien ne les aurait poussé à interagir auparavant. mais ce temps-là est révolu. une main se pose sur son épaule, le fait sursauter, et bientôt sa sauveuse le fait s'enfuir, ses doigts crispés sur son épaule alors qu'ils prennent la fuite. ça lui rappelle rhéa vaguement, et son coeur se serre, étreint par les mains fines de sa grande soeur, du fantôme de celle qui l'a élevé. ce n'est pas le moment d'y penser, sirius en a bien conscience, mais chaque présence féminine près de lui lui rappelle rhéa, comme si elle l'avait marqué, comme si elle lui avait jeté un sort. il se laisse faire, seules ses jambes suivent le mouvement son regard est morne, son visage inerte. il ne ressent pas la pression, ni la peur, ni le besoin de fuir. il est juste insensible, petite âme perdue qui aimerait retrouver ce qu'on lui a retiré.
c'est presque comme s'il voyait les rues défiler près d'eux, leurs pas les menant loin de toute menace, il entend les voitures près d'eux, la main de sa sauveuse est toujours posée sur son épaule, ne le laissant pas seul livré à lui-même, lui indiquant une marche à suivre. elle s'improvise chien d'aveugle pendant quelques instants et pour être honnête, elle le fait très bien. lui est juste soulagé qu'on ne le laisse pas tout seul, qu'elle ne se soit pas enfuie sans lui. des gens font ça. surtout ceux qui le connaissaient avant, au final. on oublie qu'il est aveugle, sirius. on fuit, puis on revient vingt secondes plus tard pour revenir le chercher en marmonnant qu'on avait oublié. c'est ridicule, mais sirius n'est pas blessé ou vexé ou amusé, au contraire. il s'en fiche. il ignore la vague de tristesse qui noie son coeur, il s'en fiche. il est aveugle, et c'est comme ça. il n'ira pas hurler sur le monde comme le ferait nausicaa juste parce qu'un sens lui a été enlevé. peut-être que se renfermer dans son mutisme n'est pas la bonne solution non plus, mais quelle importance. sa sauveuse propose, elle insinue des choses, et lui l'écoute, d'un calme olympien, se demandant simplement où il est.

- non.

pourquoi souhaiter vengeance ? il se fiche de tout ça. le destin s'arrangera pour les faire payer un jour ou un autre, c'est comme ça que ça marche. il recule de quelques pas, trouve bien vite un mur, s'y adosse tranquillement. il essaie d'imaginer la sauveuse rebelle en face de lui. mais aucun visage ne lui vient, si ce n'est celui, déterminé, lèvre inférieure éclatée et œil enflé, de sa sœur. il doit l'oublier.

- ça servira à rien sinon de t'attirer des emmerdes. et puis ils ont du partir.

il a appris à ne pas réfléchir comme un ninmah ou un gladio et à simplement garder la tête froide, un calme qui ferait peur à certains tant il semble imperturbable. il jauge la femme de son regard blanc, puis ferme les yeux.

- merci.




et bientôt me perdre dans tes yeux
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 24/04/2017
▸ Messages : 51
▸ Ft : Sasha Lane
▸ Crédit : hedgekey ° shyamalans
▸ Fiche : ° Plop - ° Liens
▸ Age : 20 ans
▸ Occupation : Barmaid ° Artiste de rue ° Fouineuse ° Voleuse
▸ Couleur : Plum
▸ Thème : Ester Dean - Crazy youngsters ° Lorde - Yellow Flicker Beat ° Pentatonix - Sing ° Oh Land - White Nights ° Sigur Rós - Varúð
trevanterhodes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 1:45
Les rues sont parcourues rapidement, mais pas trop car elle ne connaît pas le rythme de marche du jeune homme, encore moins comment se comporter avec un aveugle.
Deidre y pense vaguement, évitant les escaliers pour ne pas avoir à les descendre, ce qui serait compliqué pense-t-elle, tout comme les endroits avec trop de personnes pour avoir à éviter de zigzaguer dans toutes les directions.
Elle prend donc des rues, des ruelles au-hasard et après quelques minutes, elle s'arrête, se met à parler à celui qu'elle a aidé (sauvé ?), parce qu'elle ne sait pas ce qu'il veut faire et comme il a été victime, c'est à lui de décider de la suite.
Pas de vengeance pour lui. Si c'est ce qu'il veut, elle ne va pas refaire le chemin inverse. – Emmerde c'est mon deuxième prénom. l'informe-t-elle. Quand elle n'en n'a pas, ça veut dire qu'elle ne va pas tarder à aller en chercher. Elles ne sont jamais très loin d'elle, que ce soit des emmerdes provoquées ou bien elles lui tombent dessus.
Tant pis se dit-elle. Il a raison, ils ont dû partir. Habituellement, on dit ''avec un peu de jugeote'' mais elle doute qu'ils en aient avec ce qu'ils ont fait. Ils n'ont aucune raison de rester là de toute façon.
Elle regarde autour d'elle, juste au cas où ils auraient effectivement bougé en les suivant. Ils n'ont pas l'air d'avoir fait ça. Ils ne sont pas seuls, elle ne reconnaît personne (ni le coin à présent qu'elle y pense), alors les assaillants sont loin.
Elle reporte son attention vers le jeune homme qui vient de la remercier. Elle hausse les épaules, se rend compte qu'il ne risque pas de la voir. Elle ne sait pas trop quoi dire à la place. Ce n'est pas rien, ce n'est pas merci, ce n'est pas non plus peu importe. C'est juste... un haussement d'épaule qui veut tout dire et ne rien dire.
– Bah... tu me revaudras ça. lâche-t-elle, tout compte fait. C'est parti de bon cœur, sans arrière pensée, mais ça peut toujours être pratique. Elle sait très bien que si jamais elle ne le recroise pas, ça ne va vouloir ne rien dire. Elle prend cette chance qui n'en n'est pas une, juste au cas. – Par contre, j'sais pas trop où on est. Elle les a perdus, à vouloir fuir la foule et ceux qui auraient pu avoir des questions à propos de ce qui est arrivé. Elle explore la ville comme elle peut, sauf qu'elle n'est pas originaire du coin et ça fait que deux ans qu'elle est là.
Il y a un peu plus important, enfin, d'un certain point de vue. – T'as une étoile ? demande-t-elle, ne sachant pas trop comment y aller outre que de manière directe, alors c'est ce qu'elle fait.
Ou bien il ne le sait pas et il pense qu'il a juste des drôles de pouvoirs ou bien elle ne l'a jamais vu et il est nouveau, ou bien il y a d'autres étoiles que la petite fille possédée par elle.
Elle ne sait pas plus si elle a le droit d'en parler, mais, hey, il a bien fait voler son sac, alors, elle a bien le droit d'essayer de tirer le tout au clair. Ce n'est pas comme s'il est complètement normal à cause de ce sac. Et au pire, il risque de ne pas la reconnaître. À moins qu'il ait une très bonne mémoire des voix.


Right now we're crazy youngsters ° Time is running out, but who cares we're running free ° They call us crazy youngsters ° We don't apologize, we're mad and running free
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the disappearance of stars :: chapitre 1 ; :: Les CDC-
Sauter vers: