:: épilogue ; :: fallen down :: archives rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ft. ong ▬ some old stories; flashback

avatar
▸ Date d'inscription : 02/04/2017
▸ Messages : 72
▸ Ft : CHIMCHIM
▸ Crédit : © LOLI
▸ Fiche : I WONT FALL
▸ Age : 21
▸ Occupation : CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE
▸ Couleur : #9AC7DB
▸ Thème : PARK JIMIN - LIE
THE CINEMATIC ORCHESTRA - ARRIVAL OF THE BIRDS
KIM KYUNG HEE - STUCK IN LOVE
▸ Rps en cours : ASH + VANITAS + OZ + ONG +

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 16:01
Il était agacé de tout ses enfants sur la glace, incapables de faire deux mètres sans tomber, s'accrochant au bras du premier venu pour le faire chuter avec eux. Il oubliait un peu qu'il avait été comme eux. Ou presque. Parce que lui était doué. Lui avait ça dans le sang. Lui avait un don. C'est ce qu'on lui avait dit, répété, et ça s'était bien encré dans sa petite tête. Ses chevilles pouvaient bien enfler qu'il n'y prêterait pas attention, parce qu'il avait été champion du monde. Et même s'il ne pouvait plus quitter la ville, on ne pourrait jamais lui enlever ce titre. Alors il faisait le beau, à patiner, libre comme l'air. En vérité, il n'y allait pas vraiment pour se mettre en avant, malgré les apparences, mais pour s'accorder une journée à lui. Où il ne penserait qu'à lui. Et même s'il ne pouvait pas profiter de la glace comme il le faisait quand il réservait la patinoire uniquement pour ses entraînements, il fallait avouer que ça lui faisait un bien fou … quand il arrivait à faire abstractions des autres. Il ne se rendait sûrement pas compte à quel point il faisait hautain sur ses patins, à regarder les autres de haut – dans la théorie, c'est qu'il n'est pas du genre à être très grand ce cher Agapé. Il passait à côté des remarques, se faufilait entre les compliments et les critiques, se frayant un chemin qu'on lui laissait volontiers tracer.  

Et finalement un rire. Particulier. Qui se détachait parce qu'il n'était pas inconnu. C'était comme une bouée qu'on venait de lui lancer à laquelle il voulait s'accrocher éperdument. Les souvenirs d'un autre temps, d'une autre vie. Tout avait tellement changé et pourtant ce rire il aurait pu le reconnaître entre mille parce qu'il était resté exactement le même. Simple. Communicatif. Beau. Agapé s'arrêta un instant, passa en revue la totalité de la patinoire avant de le trouver. Pourquoi ne l'avait-il pas vu avant ? Pourquoi était-il ici ? Que faisait-il ? Et encore bien des questions qui trottaient dans sa tête à lui en faire avoir une migraine. Il s'approcha timidement. Est-ce qu'il allait se souvenir ? Est-ce qu'il allait lui en vouloir ? Après tout, la vie était faite comme ça, on allait et on venait, on se laissait porter par le flot du destin. Agapé n'était en plus pas doué pour garder contact, on pouvait bien le voir à l'état de son cercle familial de toute façon. Et quand il avait quitté sa famille, il l'avait aussi laissé derrière. Woohyun ? Wah, j'y crois pas. Il pouvait difficilement cacher la joie qu'il ressentait de retrouver ce vieil ami. Son sourire s'agrandissait à mesure qu'il se rendait compte que c'était bien lui. Comme quoi, le hasard pouvait parfois bien faire les choses. Et la vie pouvait faire des cadeaux, malgré tout. Comment tu vas ? T'as l'air en forme. Il s'inclina également devant la personne avec qui il était. Poli, qu'il était.  

L'excitation lui donnait envie de le faire crouler sous le poids des questions. Il voulait soudainement tout savoir, ce qu'il faisait, qui il était devenu, toutes ces questions banales mais importantes. Il n'en fit rien pour l'instant, toutefois, posant simplement la main sur son épaule. Comme si le temps n'avait pas altérer leur relation, du moins du côté d'Agapé. Peut-être était-il trop naïf. Peut-être pas.


There’s something about sitting alone in the dark that reminds you how big the world really is, and how far apart we all are. The stars look like they’re so close, you could reach out and touch them. But you can’t.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 17/04/2017
▸ Messages : 19
▸ Ft : YOUR HOPE
▸ Crédit : RBP
▸ Fiche : EVERYTHING YOU TOUCH TURNS TO GOLD
▸ Liens/rps : RELATIONSHIPS GOALS
▸ Age : 23 Y.O | 18 SEPT
▸ Occupation : FLEURISTE
▸ Couleur : #E8D2EC
▸ Thème : MCLFY - LOVE IS EASY
SALUT C'EST COOL - DES FLEURS
PRODUCE 101 - PICK ME
J-HOPE - HEY MAMA
AYUR - I MISS YOU


▸ Rps en cours : AGAMOUR NAUSICAACHOUX


Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Mai - 19:08
Quelle idée hein ? Comme si t'avais un quelconque talent pour le patinage toi. Mais quand elle te fait les yeux doux, qu'elle ouvre grand ses yeux larmoyants de chiots battus, tu ne sais pas lui dire non. Quand ta sœur t'a supplié de l'accompagner, elle et ses amis, à la patinoire, tu as simplement hoché la tête en soupirant. Au final ce n'était pas une si mauvaise idée et quand bien même tu te ferais mal, tu ne risquais pas grand-chose. Et puis elle ne te voulait que du bien, que tu sortes un peu, que tu respires aussi, que tu arrêtes de te tracasser avec les commandes, les cours à organiser... Alors t'oublies un peu ton travail, même si tu l'aimes plus que tout, et te concentre sur l'équilibre qu'il te faut pour tenir sur les patins. D'habitude t'es dégourdi, mais ça fait un moment que tu n'as pas mis les pieds sur une piste de glace. À vrai dire tes derniers souvenirs dans ce genre d'endroit remontent à au moins dix ans en arrière. Ta sœur se débrouille bien mieux, tout comme ses amis, habitués à ce genre de sortie. Alors qu'ils te taquinent tu ripostes en grommelant dans ta barbe, inexistante, qu'ils verront bien quand ils n'auront plus le temps pour ce genre d'amusement. Peu de crédibilité en toi quand tu essayes de faire semblant de bouder.

Ta sœur t’entraîne avec elle en t'attrapant la main, avec un peu plus de vitesse tu te rappelles que c'est un peu comme le roller, qu'il suffit d'un peu de confiance et de mouvements francs... Tu finis par lâcher sa main et commences à réduire la jauge de ridicule qui t'accompagne depuis que tu es sur la piste. C'est loin d'être gracieux, mais au moins tu enchaînes plusieurs tours sans tomber, la concentration est visible sur ton regard, tu fais attention au moindre de tes gestes. Tu as sûrement trop pris la confiance quand tu perds ton équilibre et panique. Tu sais ce qui t'attend en tombant en arrière, atterrissant sans délicatesse sur ton postérieur. Ton rire se fait entendre, clair et distinct, tu ne sais pas être discret tant la scène est drôle. Ta sœur accourt pour se moquer de plus belle avant de t'aider à te relever. La douleur dans ton charnue s’atténue déjà, rien de bien grave, simplement une scène que la cadette Ong se régalera de raconter à tout le monde. C'est à ce moment qu'un visage familier apparaît devant toi, avec plus de grâce que n'importe qui dans la patinoire, un visage qui te fait sourire jusqu'aux oreilles et qui fait remonter tout un tas de souvenirs. Agapé ? Agapé Jeclahay ? Genre, je suis tombé sur la tête ou sur les fesses ? C'est fou le plaisir et la joie qui emplissent ton cœur rien qu'en le voyant. Tu en oublie ta chute, tu aimerais simplement le serrer dans tes bras pour lui faire comprendre à quel point tu es heureux de le revoir après toutes ces années.

Mais tu te retiens un peu, tout comme lui semble le faire. Ta sœur s'incline et s'en va, vous laissant profiter de vos retrouvailles. Mon arrière-train vient de me servir d'air-bag mais sinon je me porte bien ! Et toi ? Toujours aussi merveilleux sur des patins... J'ai presque honte que le destin nous est rassemblé ici. Tu grattes l'arrière de ta tête, un tout petit peu gêné, à peine. Puis finalement, en faisant attention à ne pas tomber à nouveau tu l'enlaces amicalement. Vous vous éloignez un peu de la piste principale pour ne pas déranger les autres patineurs. Il n'a pas vraiment changé, tu reconnais ses traits, son charme, sa voix... Aucun de vous deux n'a vraiment grandi non plus...  Je voulais t'envoyer des fleurs pour ton anniversaire, mais... bah... je savais par ou les envoyer, en fait. Tu as pensé à lui il y a peu, tu as bonne mémoire au point de t'être remémoré sa date d'anniversaire et voilà que le hasard vous fait vous revoir. Tu le remercies intérieurement car autrement tu ne sais pas comment tu aurais pu remettre la main sur ton ami d'enfance. T'appuyant sur la rambarde de protection, tu es un peu plus à l'aise, Agapé lui, comme dans tes souvenirs est sur la patinoire comme un poisson dans l'eau.  Tu sais, quand je t'ai vue à la télé, ça m'a fait un peu bizarre, mais au final te revoir en chair et en os est encore plus surprenant ! Un rire s'échappe de ta bouche, un peu plus discret que le précédent, mais tout aussi sincère.


i decided to be happy
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 02/04/2017
▸ Messages : 72
▸ Ft : CHIMCHIM
▸ Crédit : © LOLI
▸ Fiche : I WONT FALL
▸ Age : 21
▸ Occupation : CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE
▸ Couleur : #9AC7DB
▸ Thème : PARK JIMIN - LIE
THE CINEMATIC ORCHESTRA - ARRIVAL OF THE BIRDS
KIM KYUNG HEE - STUCK IN LOVE
▸ Rps en cours : ASH + VANITAS + OZ + ONG +

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Mai - 15:26
Et quand il lui sourit, son cœur se desserra. Parce qu'il avait eu peur qu'il lui en veuille, ou bien qu'il l'ait oublié. Pire encore, qu'il l'ignore totalement en le regardant de haut. C'était débile, parce que le Woohyun qu'il connaissait n'aurait jamais agit de la sorte, mais … C'était si facile de douter. Les gens étaient changeants, peut être un peu trop, mais de constater que son ami était resté fidèle à lui-même, ça lui redonnait un peu d'espoir. Si Agapé semblait s'être encore plus renfermé sur lui-même depuis quelques années, Woohyun rayonnait, il brillait de milles feux. Et quand il parlait, Agapé ne pouvait pas s'empêcher de rire. Ce n'était pas un rire éclatant comme celui de son ami, mais c'était déjà énorme de sa part. Il finit par hocher la tête, simle confirmation qu'il allait bien lui aussi. Il allait mieux, maintenant qu'il l'avait lui. C'était bête, et sûrement égoïste, mais maintenant qu'Archibald n'était plus là, il avait cruellement besoin d'un ami. Il avait Vanitas, c'était certain, mais ce n'était pas pareil, ça n'était pas comme avant, comme le soutien que pouvait lui apporter un ami. Finalement, peut-être que Woohyun arrivait au bon moment dans sa vie, peut-être que … La surprise de le sentir le prendre dans ses bras le stoppa dans ses réflexions. C'était inattendu, mais chaleureux. Timidement il passa ses bras dans son dos, pour lui rendre la pareil, lui faire comprendre qu'il était le plus heureux du monde de le voir.

Il ne pouvait s'empêcher de sourire en le voyant, si maladroit, essayer de tenir bon sur la glace. Déjà, plus jeune, il n'était pas un génie sur des patins. Il voyait que ça non plus ça n'avait pas changé. Alors il se tenait à la glissière de sécurité, comme les enfants. Après tout, il en était un grand, d'enfant. L'image lui collait bien. J'aurai du mieux t'apprendre quand on était gamins. Il n'était jamais trop tard, sûrement qu'ils auraient le temps pour tout ça. Agapé l'espérait. Il en avait besoin. Et encore une fois, l'intention de Woohyun le prit de court. Il avait honte. Honte parce qu'il était revenu depuis un petit bout de temps maintenant, et qu'il n'avait pas pris le temps de le retrouver. S'il était totalement honnête avec lui-même, il dirait même qu'il n'y avais pas pensé. Et toutes les excuses du monde ne seraient pas suffisantes pour se justifier. Il y avait beau avoir le cercle, Rhéa, les emmerdes qui allaient avec, … Woohyun restait son ami d'enfance, son premier ami, sûrement le plus fidèle de tous, le plus important, et il n'avait même pas eu la présence d'esprit de le chercher. Je suis désolé. J'aurai du donner signe de vie. Je sais pas pourquoi … Ses yeux s'excusaient autant que son cœur. Le plus difficile était de voir la bonne humeur de son ami, sa légèreté. Cette même légèreté qu'Agapé avait perdu, si tant est qu'il l'ait eu un jour, depuis l'arrivé de son pouvoir.

Pour ne pas sombrer davantage, pour ne pas se morfondre en se disant qu'il ne pourrait plus jamais quitter cette ville, qu'il ne pourrait plus jamais prétendre à un second titre de champion du monde, il attrapa la main de Woohyun. Il n'était pas cette figure qui pouvait passer à la télévision. Il n'était pas plus grand, ni plus imposant que son ami. Il était toujours cet enfant seul et silencieux. Il était toujours celui qui attendait d'être frappé par la lumière qui émanait de Woohyun. De recevoir sa bonne humeur. Hyung, tu m'as manqué. Il s'inclina face à lui, pour s'excuse encore une fois, ou pour simplement lui dire qu'il était rentré. Et une chose était sûre, il ne pourrait plus partir désormais.

Il s'adossa à son tour à la barrière, ayant lâché la main de son ami, et observa le monde autour d'eux. Nostalgique. Au fait. Ca lui avait fait comme un flash, un vieux souvenir qui remontait de très loin. Ton père tient toujours votre boutique de fleurs ? Il faut que j'aille lui dire bonjour. Un sourire encré sur le visage, tel était l'effet que Woohyun produisait autour de lui. C'était magique. Bien plus que tous les dons du monde. Leur famille était d'une gentillesse sans pareille et Agapé avait finalement passé beaucoup de temps chez eux … Il y a bien trop longtemps maintenant.


There’s something about sitting alone in the dark that reminds you how big the world really is, and how far apart we all are. The stars look like they’re so close, you could reach out and touch them. But you can’t.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 17/04/2017
▸ Messages : 19
▸ Ft : YOUR HOPE
▸ Crédit : RBP
▸ Fiche : EVERYTHING YOU TOUCH TURNS TO GOLD
▸ Liens/rps : RELATIONSHIPS GOALS
▸ Age : 23 Y.O | 18 SEPT
▸ Occupation : FLEURISTE
▸ Couleur : #E8D2EC
▸ Thème : MCLFY - LOVE IS EASY
SALUT C'EST COOL - DES FLEURS
PRODUCE 101 - PICK ME
J-HOPE - HEY MAMA
AYUR - I MISS YOU


▸ Rps en cours : AGAMOUR NAUSICAACHOUX


Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Mai - 22:39
Tu conçois tout à fait que parfois, les choses ne se font pas comme on le souhaiterait. Ainsi vous ne vous êtes pas revus depuis plusieurs années, mais n'est-ce pas pour mieux vous retrouver aujourd'hui ? Vos sourires, eux, ne vous quittent pas, comme ancré à tout jamais sur vos visages tant que vous êtes en présence l'un de l'autre. Tu te remémores tous ces bons moments partagés, ces sourires échangés, cette amitié un peu sortie de nulle part. Si l'on vous regarde de loin, tout semble vous opposer, c'est sûrement ça qui a toujours fait votre bonne entente. Alors tu lui pardonnes tout, ce n'est pas si grave, il est venu vers toi aujourd'hui, c'est lui qui t'a vu et qui t'a approché, preuve même que son absence à tes côtés n'était pas voulue. Quand vous étiez jeunes, tu te souviens être celui qui avait fait le premier pas, s'approchant de ce petit garçon bien trop calme à tes yeux, bien trop silencieux et une fois de plus, sans t'en rendre compte tu étais devenu le soleil de quelqu'un.

Son geste te prend un peu par surprise, il n'a jamais vraiment été tactile Agapé. C'est toi le garçon collant, l'ami qui serre tout le monde dans ses bras, qui donne et court après l'affection en général. Tu serres aussi sa main, malgré tout ravie de cette action, presse son épaule de l'autre pour qu'il se relève.  Tu m'as aussi manqué, Aga, j'ai bien fait d'accepter l'invitation de ma sœur ! Oui, ne pas oublier de remercier la demoiselle, tu étais à deux doigts de ne pas venir quelques heures plus tôt. D'ailleurs tu la cherche du regard, au travers de la foule, elle patine bien plus gracieusement que toi avec ses amis sans pour autant être au niveau d'Agapé.  D'ailleurs tu n'as pas l'air de la voir reconnue tout à l'heure, mais c'est elle là-bas avec le pull rouge. Elle était avec moi quand tu m'as trouvé. Vos deux regards semblent perdus dans la foule, il y a un petit moment de silence, mais il n'est pas malaisant, pas gênant, n'est-ce pas le point même d'une amitié solide ? Une amitié qui résiste à tout, à la distance et même au silence.

Quand Agapé reprend la parole, ton sourire se déforme vaguement. Tu restes aussi impassible que tu en es capable, après autant de temps sans se voir, comment pourrait-il seulement savoir ? Tu humidifies tes lèvres, ne sachant pas vraiment comment aborder le sujet sans le mettre mal à l'aise. Ton regard se replonge dans le sien, ton sourire est légèrement fané... Quelque part, mieux vaut qu'il aborde le sujet maintenant et pas en présence de ta sœur.  Papa... Mon père est tombé malade durant le blizzard l'année dernière. Avec le travail, la fatigue, son état de santé ne s'est jamais vraiment arrangé. Tu ravales ta salive avec difficulté, il est plus difficile que tu ne le pensais d'en parler. Tu fais tous les efforts du monde pour rester fort, tu es fort, il est en paix maintenant, aux côtés de ta mère. Ces pensées te font sourire de nouveau, doucement, chaleureusement, comme si elles te rassuraient. Il nous a quitté en janvier. Sans un mot de plus, tu cherches à nouveau ta sœur des yeux, ta petite perle, tu as été son plus grand soutient dans ce dur moment, mais elle a aussi été là pour toi. N'est-elle pas la seule à t'avoir déjà vue pleurer ? Tu imagines déjà la gêne naissante en Agapé et poses ta main sur son épaule.  Je suis donc officiellement le propriétaire d'Ong's Flowers depuis le 8 février.  Tu t'éloignes vite du sujet pour annoncer une bonne nouvelle, car non tu n'as pas repris la fleuristerie par dépit, mais bien par envie.

À force de rester immobile, tu commences à avoir légèrement froid. Peut-être que de parler de ton père t'a aussi refroidi, tu ne sais pas trop. Tu souhaites simplement qu'il n'y soit pas de malaise par rapport à ça. C'est arrivé, on ne peut pas revenir en arrière, la vie n'est pas toujours rose c'est un fait. Pourquoi ne pas lui annoncer que tu te régénères aussi, comme ça au moins, tous les sujets de discussions les plus difficiles à aborder seraient mis sur le tapis. Tu joins tes mains comme pour les réchauffer.  Un café ça te dit ? Je commence à subir la fraîcheur.  Un petit rire s'échappe d'entre tes lèvres, Agapé à force de s’entraîner, doit avoir plus l'habitude que toi. Vous vous dirigez vers l'une des sorties quand un enfant ne maîtrisant pas du tout l'art du patinage te percute plus ou moins violemment. Tu tombes à nouveau, pour la quinzième fois de la journée, mais faute de chance tu sens la lame du patin déchiré la manche de ton pull, puis la peau de ton bras droit, mais plus légèrement. Une vague de panique te submerge et de ta main gauche tu enserres dans un réflexe automatique la blessure. Ce n'est pas le moment. La douleur se fait sentir, mais elle est supportable, tu sais que ce n'ait pas grave, mais qu'en plus de ça, il n'y aura plus aucune trace de ce léger accident après quelques minutes. L'enfant se relève sans le moindre problème et s'excuse avant de repartir, tu lui souris aussi, effaçant la grimace de ton visage.  Ce n'est rien. Que tu dis à Agapé, heureux de porter un vêtement noir sur lequel le sang, si sang il y a, ne sera pas visible.



i decided to be happy
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 02/04/2017
▸ Messages : 72
▸ Ft : CHIMCHIM
▸ Crédit : © LOLI
▸ Fiche : I WONT FALL
▸ Age : 21
▸ Occupation : CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE
▸ Couleur : #9AC7DB
▸ Thème : PARK JIMIN - LIE
THE CINEMATIC ORCHESTRA - ARRIVAL OF THE BIRDS
KIM KYUNG HEE - STUCK IN LOVE
▸ Rps en cours : ASH + VANITAS + OZ + ONG +

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Mai - 20:42
Il se plongeait volontiers dans ses souvenirs, du temps où les choses étaient plus simples, les relations moins compliqués, et les soucis encore bien loin. S'il ne l'avait pas chéri sur le moment, Agapé aurait pu tout donné pour s'y retrouver aujourd'hui. Alors que son regard suivait la sœur de son ami, il ne se rendait pas compte de l'effet qu'avait pu avoir sa question. Il était absorbé par cette gamine qui avait tellement grandi que s'en était presque frustrant. Il ne s'était jamais autant rendu compte du temps qui avait passé depuis qu'il avait quitté sa famille, et tout le reste. Et ça venait de le frapper, en pleine figure, en plein cœur. Pour se rassurer et se dire que ça ne pouvait pas être si grave que ça, il se concentra à nouveau sur Woohyun qui semblait avoir perdu son aplomb. Est-ce que c'était sa faute ? Est-ce qu'il avait dit ou fait quelque chose qui n'allait pas ? Sans aucun doute. S'il s'était déjà pris une énorme claque quelques secondes avant, celle qui arrivait dépassait l'entendement. Il ne voulait pas y croire. Il ne voulait pas en entendre plus. Il aurait dû être là pour cette famille qui avait toujours été un peu comme la sienne, et surtout pour cet ami qui avait été le premier d'une bien courte liste. Si l'envie de s'excuser résonnait en lui, il n'en fit rien. Il ne jugea pas ça décent, pas après tout ce temps. Ses yeux devaient probablement parler pour lui et il se conforta dans l'idée que c'était déjà bien suffisant. C'est sans grande joie qu'il pu également accueillir la nouvelle de Woohyun. Être propriétaire, à la suite de ses parents, ça devait être une fierté pour lui, mais un fardeau à la fois. Il aurait sûrement aimé y travailler avec son père, en binôme … Plutôt que d'être maladroit, il hocha la tête et sourit timidement.  

Sans vraiment pouvoir faire autrement, son regard restait fixé sur lui. Il le détaillait, sans vraiment juger, plutôt comme s'il le couvait. Il le respectait aussi, d'être aussi fort dans ce genre de situation, de garder la tête haute. Malgré tout, aussi fort puisse-t-il être, la patinoire semblait avoir raison de lui. Un peu plus et il aurait pu entendre ses dents s'entrechoquer. Je me rends plus bien compte, j'avoue. C'était son élément après tout, il l'avait apprivoisé autant qu'il s'était laissé faire, et il s'y sentait comme un poisson dans l'eau. Peut-être aussi parce que ça lui rappelait la froideur de son cœur, même si ce côté-là commençait à changer petit à petit. Le froid, il ne le sentait plus que lorsqu'il voyait la buée sortir de sa bouche, alors que son corps était immunisé par un quelconque miracle. Il ne ressentait rien, et il en venait souvent à se demander s'il avait déjà senti quelque chose.  

Et puis la chute. Agapé se laissa rapidement gagné par un semblant de colère et ne cacha pas son regard furieux à l'enfant responsable de tout ça. Woohyun pouvait bien dire que ce n'était pas grave, ça aurait très bien pu l'être. Prêtant plus attention à l'enfant qui repartait comme si de rien n'était, il tendit sa main à Woohyun pour l'aider à se relever. Manquerait plus qu'il tombe à nouveau parce que son agilité sur des patins équivaut à une girafe en pleine mer. Pas trop beau tableau. Il semblait d'ailleurs ne pas vouloir s'en sortir indemne. Agapé l'interrogea du regard alors qu'il ne lui tendait pas la main opposée. Il s'était peut-être fait plus mal que prévu. Une fois debout il se rendit bien compte que le pull de Woohyun devait sa coupure nette aux patins du gamin qui l'avait fait tombé. S'il voulu voir de plus près si ça allait, l'autre retira son bras avant que ça ne soit possible. T'es sûr que ça va ? Il se faisait probablement des films. Il fallait avouer que plus le temps passait, plus il se méfiait des gens. Il semblerait que les pouvoirs ne soient pas réservés qu'au petit cercle regroupé autour de Vanitas et il y avait sûrement des gens bien plus dangereux qu'un psychopathe qui pouvait traverser les murs ou bien crier. Mais une petite voix au fond de lui lui disait que Woohyun ne pouvait pas faire parti de ses personnes là. Déjà parce qu'il ne méritait pas d'être embarqué dans une histoire aussi folle, et parce qu'il avait l'air d'être tout à fait aussi normal que lorsqu'ils s'étaient quittés. Pas qu'il soit une personne ordinaire, mais … Il vivait sa vie tranquillement. Faut pas que tu laisses ça s'infecter s'il t'es coupé, mh. La glace pouvait être dangereuse. Statique, mais fatale. Combien de fractures Agapé avait-il pu subir depuis le début de ses entraînements. Combien de fois avait-il eu les genoux en sang de trop glisser sur cette surface froide et destructrice.  

Rapidement ils trouvèrent un endroit, au calme, où se poser pour discuter tranquillement. Sans laisser le choix à Woohyun, il parti commander et revint, tel le messie, avec les cappuccino en main. Il méritait bien qu'on lui offre son café après les chutes et le froid qu'il venait de subir.  Le sourire aux lèvres, du moins aussi grand que pouvait se le permettre Agapé, il sirota doucement sa boisson. Si quand il l'avait retrouvé il avait voulu lui poser toutes les questions du monde, il se retrouvait maintenant comme un idiot. Ta sœur sait comment te torturer. T'emmener ici alors que t'es si maladroit. Il avait ce baume au cœur qui le rendait toutefois beaucoup plus approchable qu'à l'accoutumée. Il avait le sourire plus facile. Il voulait se laisser aller comme les gens normaux le font. Mais il y avait cette peur sous-jacente qui lui disait que les fantômes de la vie de Woohyun pouvait resurgir à tout moment, et il en avait assez de ces apparitions surprises. S'il essayait de ne pas y penser et de vraiment garder ça au fond de lui, ça lui pesait. Pas autant que tout ces regards insistants sur leur table. Comme si depuis qu'ils étaient arrivés, toute l'attention avait convergé vers eux. Dans un soupir il se retourna et s'inclina légèrement vers tous ces gens. Ces inconnus qui n'avaient plus trop de respect pour la vie privée, visiblement. Il ne se rendait pas compte que pour beaucoup, dans cette patinoire, il faisait office de réelle fierté, d'étoile, de que sais-je … Je suis désolée. C'est toujours … Bizarre. Il espérait que Woohyun ne le juge pas trop par rapport ça. Parce qu'il n'avait pas beaucoup changé au fond, parce que tout ça ne lui était pas monté à la tête. Il ne faisait pas sa diva, et la ferait jamais.   


There’s something about sitting alone in the dark that reminds you how big the world really is, and how far apart we all are. The stars look like they’re so close, you could reach out and touch them. But you can’t.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 17/04/2017
▸ Messages : 19
▸ Ft : YOUR HOPE
▸ Crédit : RBP
▸ Fiche : EVERYTHING YOU TOUCH TURNS TO GOLD
▸ Liens/rps : RELATIONSHIPS GOALS
▸ Age : 23 Y.O | 18 SEPT
▸ Occupation : FLEURISTE
▸ Couleur : #E8D2EC
▸ Thème : MCLFY - LOVE IS EASY
SALUT C'EST COOL - DES FLEURS
PRODUCE 101 - PICK ME
J-HOPE - HEY MAMA
AYUR - I MISS YOU


▸ Rps en cours : AGAMOUR NAUSICAACHOUX


Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Mai - 12:42
Il s'inquiète et ça semble normal, mais tu fais en sorte qu'il ne pose pas davantage ses yeux sur ton bras. Tu sens déjà la plaie se refermer, tu sens un léger picotement ainsi qu'une douce chaleur. Tu te retiens d'exprimer le moindre indice quant à ce qu'il se passe, attrapant de ton autre main celle tendue vers toi pour te relever. Tu essayes de le rassurer, lui dit que tout va bien car c'est effectivement le cas. Tu as plus moins testé les limites de tes capacités, volontairement ou non et aucune blessure n'est jamais restée ouverte bien longtemps. Ces retrouvailles doivent bien se passer, pas la peine de l'inquiéter ou même de parler trop vite de choses qui te feraient passer pour un fou. Après lui avoir assuré une fois de plus que tu vas bien, que tout ça n'est que superficiel, tu le suis, encore plus prudemment puis remplace tes patins par des baskets confortables et pratiques pour aller jusqu'au café de la patinoire.

Agapé part commander, l'opportunité pour toi de vérifier l'état de ton bras. Une plaie d'une dizaine de centimètres, pas très profonde vue l'état de guérisons... Tu soupires, soulagé et essuies rapidement le sang étalé autour de la blessure qui finit de se refermer. C'est difficile de s'y faire, même un peu moins d'un an plus tard, tu t'en veux toujours... Peut-être que si ton père avait eu cette capacité à ta place il aurait survécu. Ce n'est pas le moment d'y penser, plutôt le moment d'accepter le cappuccino offert par ton ami. Merci. Tu en bois une gorgée. Ça fait du bien. C'est brûlant, certes, mais cette gorgé réchauffe ton corps en quelques secondes. C'est tout ce dont tu as besoin pour te sentir mieux et profiter davantage de son ami. Intérieurement, tu le remercies de ne pas avoir étalé le sujet de ton père, mais en même temps ça ne te surprend pas de sa part. Agapé, malgré sa discrétion, a toujours été quelqu'un de réfléchi à tes yeux, de calme et posé, ton opposé en outre. Vous êtes deux complémentaires, il était l'un des rares enfants capables de t’apaiser par sa présence et sûrement le seul capable de contenir toute ton énergie. Elle dit que je travaille trop et que je ne m'accorde pas assez de temps en ce moment. Tu ponctues ta phrase en sirotant le cappuccino, heureusement qu'elle est là, ta petite sœur. Tu lui envoies d'ailleurs un message, signalant ta présence au bar de la patinoire avec ton ami, histoire qu'elle ne s'inquiète pas si elle ne te trouve plus sur la glace.

S'il ne te l'avait pas fait remarquer, tu n'aurais pas vraiment fait attention aux regards tournés vers vous. Avant d'être une star, il est ton ami, de plus tu es davantage concentré sur lui que sur ce qui vous entoure. Un geste de sa part, un regard curieux de la tienne et ils retournent tous à leurs affaires. Je devrais peut-être te demander un autographe et faire le malin devant tout le monde. L'idée est alléchante, mais tu es peut-être trop vieux pour faire ça et tu ne veux pas embarrasser Agapé, tu l'a trop fait quand vous étiez enfant. Chose que vous n'êtes plus, même si parfois tu aimerais retourner à cette époque d’insouciance et de légèreté ou ton comportement était justifié par ton âge... Tout semblait plus simple dans ce temps-là. Ça fait longtemps que tu es de retour à Polaris ? Tu n'as jamais trop su pourquoi vous vous étiez perdue de vue. En grandissant tu t'es rendu compte que les choses bougeaient, changeaient, que les adultes prenaient des décisions sans vraiment en parler aux enfants. Ce n'est pas de sa faute si vous avez été éloignés l'un de l'autre tout ce temps, tu en es sûr, ce sont simplement les aléas de la vie. Le principal est que vous vous soyez retrouvé, qu'ainsi vous allez pouvoir vous remémorer le temps passé ensemble et tous ces bons souvenirs comme le faisaient vos parents quand vous ne mesuriez pas plus d'un mètre vingt les bras levés.

Ton téléphone vibre, ta sœur a bien reçu le message. Tu poses le téléphone sur la table et lèves tes bras au-dessus de ta tête pour t'étirer. Les manches de ton pull retombent un peu sur tes avants bras et tu en profites. Tendant ton bras en avant vers Agapé, tu souris. Tu vois, c'est juste le choc qui m'a fait peur, mais le pull à tout prit pour mon bras. Une véritable peau de bébé, pas la moindre cicatrice ni marque quelconque... Pourtant il devrait y en avoir, le nombre de fois où tu t'es coupé avec certaines plantes ou morceaux de pots brisés. Tu es presque réputé pour ta maladresse, pourtant sur ton corps entier il n'y a pas la moindre trace de blessures et pourtant en 23 ans de vie l'on a tendance à récolter de petites cicatrices. Peu de gens le remarquent, ils préfèrent admirer la peau délicate et parfaite avec des étoiles dans les yeux ou parfois de la jalousie. Je suis solide, tu devrais le savoir ! C'était moi le cascadeur quand nous étions enfants. Je t'embarquais toujours dans des plans pas possibles pour échapper à la surveillance de nos parents. T'étais peut-être pas de la meilleure influence pour un enfant comme Agapé, mais ses parents ne t'en ont jamais voulu. Pas à ton savoir en tout cas. Tu'aimais jouer aux super héros, sauver les gens comme dans toutes ces BD et tous ces mangas que tu lisais. Tu'aimais faire des cabrioles, sauter partout, grimper aux arbres, alors que ton ami était plus calme, délicat... Il avait une sorte de maturité précoce que tu enviais alors qu'il était plus jeune que toi.  Tu t'es installé dans en ville du coup ? Tu vis seul ? Enfin les questions que tu aurais voulu poser dès le début te reviennent, curieux de savoir comment il gère sa vie, maintenant adulte. Tu as du mal à t'imaginer qu'il est facile de gagner sa vie en faisant du patinage, mais avec un titre de CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE au final, ça doit apporter pas mal. Au début tu as survécu avec ta sœur grâce aux économies de tes parents, puis une fois la boutique bien en main plus la clientèle bien fidèle qui est revenue dès la réouverture, tu as pu assurer une vie tranquille à ta sœur pendant ses études et c'est le principal à tes yeux.



i decided to be happy
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 02/04/2017
▸ Messages : 72
▸ Ft : CHIMCHIM
▸ Crédit : © LOLI
▸ Fiche : I WONT FALL
▸ Age : 21
▸ Occupation : CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE
▸ Couleur : #9AC7DB
▸ Thème : PARK JIMIN - LIE
THE CINEMATIC ORCHESTRA - ARRIVAL OF THE BIRDS
KIM KYUNG HEE - STUCK IN LOVE
▸ Rps en cours : ASH + VANITAS + OZ + ONG +

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Mai - 15:35
Il n'avait jamais fait ça pour l'argent, pour la gloire, pour la reconnaissance. Il voulait juste être le meilleur, il voulait arrivé au sommet pour se sentir bien, se sentir entier. Il n'en avait que faire des caméras, des articles, du regard des autres. Seules ses performances importaient et c'est sûrement pour cela qu'il avait atteint son objectif. Et s'il pouvait en effet être fier de lui, il ne comprenait quand même pas ces regards sur lui. Se dire que Woohyun aurait pu penser comme eux le mettait un peu mal à l'aise. Il n'était pas une bizarre extraordinaire, il n'avait pas cette valeur là, il n'avait pas cette prétention. Il n'était qu'un ami. Il n'était qu'un homme qui avait trouvé sa voix. Et il ne méritait pas l'attention qu'on lui portait. Il n'aimait pas ça. Avec un sourire gêné au coin des lèvres, il secoua la tête pour dissuader son ami de lui demander un autographe. Si ça lui tenait vraiment à cœur, pour des raisons qu'Agapé ne saisissaient pas, il pouvait toujours l'avoir en chair et en os, ça aurait un plus bel effet. Sûrement. Et son sourire, un peu moins crispé, il batailla pour le garder. Cette question il l'a redoutait, pour être honnête. Si la décision de rester à Polaris, il ne l'avait pas prise, il ne pouvait plus s'y opposer non plus. Mh, ça doit faire un peu moins de trois ans. J'ai … Disons, je me suis dit que j'avais mérité de faire une pause. Mensonge. C'était du pipeau. Ne serait-ce qu'y penser lui fendait le cœur. Parce qu'il n'avait aucune intention de prendre de pause. Parce qu'il avait été forcé de rester ici. Parce qu'il n'y avait plus aucune échappatoire. Cette ville était une prison à grande échelle. Sans barreau, mais pas moins lugubre.  

Agapé préférait ne pas s'étendre sur le sujet et son ami lui donna une bonne excuse pour ne pas le faire. Stupéfait par l'état de son bras, il ne pu se retenir. Waah. Il avait du mal à y croire, mais la preuve était bien sous ses yeux. Son bras n'avait rien. Comme neuf. Alors que le vêtement avait été coupé net. Il n'avait aucune explication, et se laissa juste croire à un coup de chance. C'est quoi ton secret ? Il plaisantait, impressionné par ce qu'il voyait. Les blessures de patins, ce n'étaient pas des blagues, il fallait vraiment s'en méfier mais là … Comme toujours, Woohyun passait entre les gouttes. Il lui devait bien ça, c'était lui le téméraire des deux. Agapé était plus spectateur qu'acteur, sauf quand il se laissait embarquer dans ses histoires. Je sais pas si tu te souviens, la fois où t'étais monté jusqu'à ma chambre ? Y'avait cet arbre dans le jardin, je sais pas comment t'as fait mais t'as débarqué à ma fenêtre et finalement on a passé toute la nuit à jouer à des jeux débiles dans ma chambre. Ton père était furieux le lendemain matin, quand il s'est rendu compte que t'avais passé la nuit chez moi. Il s'en souvenait comme si ça s'était passé la veille, surtout parce qu'il avait lui aussi essayé de monter à cet arbre. En vain. Il n'était pas cascadeur, il n'était pas aventurier. J'ai même cru que t'avais une sorte de pouvoir, du style superman. T'étais un héro magicien pour moi. Ca lui semblai risible à l'heure actuelle parce que c'est lui qui avait gagné un don dans l'histoire, mais ça n'avait rien du si magique ou de si génial qu'à l'époque. Et il aurait aimé que ça le soit. Mais définitivement, voir les morts, ça n'avait rien de gaie.  

Maintenant qu'ils étaient adultes, c'était différent. Il avait du mal à se dire que Woohyun avait un emploi, qu'il payait ses impôts, comme le bon concitoyen qu'il devait être. Un beau modèle pour sa sœur. Agapé était là, sans emploi, à profiter de l'appartement de Vanitas, à rester dans son monde. Woohyun était bien devenu un homme, Agapé était resté un enfant. Un enfant qui avait du mal à faire le point sur sa propre situation, alors aller expliquer tout ça à quelqu'un d'extérieur au cercle. C'était un beau bordel. Il n'arrivait pas à trouver les mots justes alors sa réponse mit du temps à se formuler. Dire qu'il vivait dans une collocation ne lui allait vraiment pas, il ne pourrait pas expliquer comment il en était arrivé là. Il ne pouvait pas non plus dire qu'il vivait chez un ami, ce n'était plus le cas, même si ça l'avait été … J'ai un pote qui est parti en vacances, il … Ça ne tenait pas la route à ses yeux. Il dépanne pas mal de gens du coup. Enfin, c'est un peu compliqué mais oui, je m'en sors bien. Dire que c'était compliqué était un euphémisme et ça se sentait dans sa voix. Il ne voulait pas qu'on lui pose plus de questions, même si Woohyun était plein de bonnes intentions, il ne se rendait pas compte qu'il marchait en fait sur des œufs. Il aurait aimé lui dire qu'il l'inviterait, mais encore une fois, ça aurait été trop compliqué. Il imaginait déjà Chester clignoter comme le fou furieux qu'il était, Ninmah traversait les murs comme si c'était pratique courante dans la vie d'aujourd'hui, ou même Rose mettre le feu à n'importe quoi dans un excès de colère. Un frisson le traversa, lui qui ne ressentait plus vraiment le froid. Ironie. Tu vis avec ta sœur du coup ? J'aimerai bien passer vous voir, qu'on passe une soirée ensemble, comme quand je venais chez tes parents. Il l'aimait bien, sa sœur, aussi. Agapé ne disait jamais ces choses là, mais il l'a considérait aussi comme son amie, pour le peu de fois où ils s'étaient adressés la parole. Elle intimidait Agapé, au même titre que son frère, avec sa bonne humeur excessive. C'était la famille qui débordait d'énergie alors qu'Agapé en manquait cruellement lorsqu'il avait les pieds sur terre. Elle te fait pas trop de soucis ? Il avait sûrement dû finaliser son éducation, endosser le rôle de père quand le véritable était parti. Il avait les épaules pour, mais peut-être le cœur un peu trop tendre. Et les affaires marchent bien pour toi ?    


There’s something about sitting alone in the dark that reminds you how big the world really is, and how far apart we all are. The stars look like they’re so close, you could reach out and touch them. But you can’t.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 17/04/2017
▸ Messages : 19
▸ Ft : YOUR HOPE
▸ Crédit : RBP
▸ Fiche : EVERYTHING YOU TOUCH TURNS TO GOLD
▸ Liens/rps : RELATIONSHIPS GOALS
▸ Age : 23 Y.O | 18 SEPT
▸ Occupation : FLEURISTE
▸ Couleur : #E8D2EC
▸ Thème : MCLFY - LOVE IS EASY
SALUT C'EST COOL - DES FLEURS
PRODUCE 101 - PICK ME
J-HOPE - HEY MAMA
AYUR - I MISS YOU


▸ Rps en cours : AGAMOUR NAUSICAACHOUX


Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Mai - 22:41

Le connaissant perfectionniste, surtout dans son domaine, effectivement il méritait bien une pause. Tu avais pris la tienne suite à la mort de ton paternel, le temps de s'en remettre, de déménager et que les papiers de la fleuristerie soient à ton nom. Tu avais pris le temps de remettre de l'ordre dans ta vie pour repartir d'un meilleur pied. Quand il raconte une vieille histoire, tu te la remémore comme si tu la vivais. Cet arbre... Il t'avait donné du fil à retordre, mais tu avais eu l'air si fier devant sa fenêtre, un peu moins le lendemain en te faisant disputé par ton père. Tu faisais des choses insensées, tu n'avais pas conscience des risques que tu prenais, tu voulais juste voir ton ami. Aujourd'hui tu es un peu plus prudent, la vie ne t'offre pas forcément les contextes adéquats non plus. Enfantines étaient ses pensées à l'époque, mais elles te font sourire. Tu hausses un sourcil et joues de ta fine musculature en montrant tes biceps.  Faut le dire à personne, mais je viens d'une autre planète. Il y a cet air mystérieux absolument pas crédible sur ton visage, tu restes un gamin après tout. Mais, il ne faut pas oublier que tu en possèdes un de pouvoir, un étrange don venu d'ailleurs, pas celui de grimper aux arbres comme un singe, mais si tu en tombes, de ne pas en subir les conséquences de la même façon que le commun des mortels. Il y a Evan, les gens du parc aussi... Si tu ne sais pas trop ce qui s'est passé, ou a du mal à croire à toutes ces histoires, tu préfères qu'Agapé en parle avec humour et avec l'imagination d'un enfant.

Tu t'inquiètes, après tout ce temps, qu'il ait un toit, un endroit correct ou vivre. Son histoire semble un peu foireuse, dans le sens où ça ne semble pas confortable pour lui. Tu fronces les sourcils à mesure qu'il s'explique.  Tu es sûr ? Si jamais t'as une galère un de ces quatre tu peux venir chez moi !  Hors de question de le laisser à la rue. Mais à le voir, il a l'air de ce bien se porter. Tu ne veux pas paraître insistant, mais tu le proposes tout de même, tu seras toujours là pour lui, sûrement plus que pour d'autres, peu importe les problèmes, maintenant que tu l'as retrouvé tu ne le re perdra pas de vue comme avant. Quand tu repenses à tout le chemin parcouru jusqu'ici tu te rends compte qu'entre vous rien n'a vraiment changé si ce n'est votre âge. Il n'y a même pas de gêne comme certains pourraient le ressentir à se revoyant aussi longtemps après, simplement de la curiosité et beaucoup de joie. Tu seras là pour lui tendre la main quand il en aura besoin comme il l'a fait pour t'aider à te relever après ta chute.  Elle, je ne risque pas de la laisser s'échapper dans la nature cette énergumène. Tu vides ta tasse avant qu'elle ne tiédisse trop. Cette furie de la nature, tu es devenue une sorte de papa en plus d'un grand frère pour elle. Tu la surprotèges peut-être, mais elle ne s'en est jamais plainte. On a déménagé, l'appartement au-dessus de la boutique était trop grand pour nous deux seulement, puis c'était difficile pour elle d'y rester. Tu sors ton portefeuille de ta poche et en sors une carte de visite, car tu es devenue quelqu'un de professionnel en plus de ça. Au dos de celle-ci tu notes ton numéro de portable ainsi que votre nouvelle adresse avant de la lui donner.  Ma maison c'est ta maison ! Passes quand tu veux, même à la boutique, ça a bien changé depuis le temps, elle n'est plus à la même adresse non plus, mon père a acheté un local plus grand il y a... quatre ans je crois.  Ton père faisait très bien fonctionner les affaires à l'époque, son amour pour les plantes il te l'avait transmis, il voulait toujours aller plus loin. C'est toi qui lui avais donné l'idée des ateliers pour qu'il puisse partager avec d'autres que les membres de sa famille. Elle est un peu plus calme qu'avant, un tout petit peu, mais c'est un ange avec moi. Parfois elle vient m'aider à la boutique, mais je préfère qu'elle se concentre sur les études.  Après, je t'avoue que je me suis retrouvé plusieurs week-ends avec des étudiants dormants un peu partout dans l'appartement car j'avais accepté qu'ils viennent faire la fête chez nous. Tu hausses les épaules car la plus part de ses amis sont polis et sympathiques, qu'ils rangent tout le temps quand ils viennent ou t'apportent des présents. Ils te regardent en tant qu'adulte de la maison, figure patriarcale de votre famille à présent réduite.  Je me sens vieux parfois quand je les entends parler. Tu fais la moue.

Clairement tu ne peux pas te plaindre de ta vie, de toute façon ce n'est pas ton genre. Woohyun s'accabler sur son sort ? Non, c'est une chose impossible. Tu lèves toujours les yeux souris à ce qui t'entoure, prend les choses telles qu'elles viennent et les illumine pour les rendre belles et acceptables.  La clientèle est restée fidèle, beaucoup disent que j'ajoute une touche de modernité à ce qu'a créé mon père. Si tous n'aiment pas le changement, beaucoup te font des louanges sur ton travail. Tu y mets tellement de toi, d'amour, de force, de temps... Tu ne t'en rends pas compte, mais tu le fais, c'est un plaisir pour toi, une passion.  J'organise des ateliers le mardi soir, j'avais proposé l'idée à mon père et je l'ai reprise ensuite. J'étais assez surpris, mais beaucoup de gens aiment venir et apprendre à faire leurs propres compositions pour pouvoir les offrir ensuite. Et puis ça te plaît à toi aussi, d'enseigner aux autres, de transmettre ce que ton père t'a lui-même transmis. Enfant, personne n'aurait deviné que tu suivrais le même chemin que lui, d'ailleurs toi non plus. Tu voulais être docteur, puis plus tard cosmonaute avant de passer par la case cascadeur... Des rêves d'enfants. Finalement tu es tombé amoureux des plantes.  Je dirais qu'on a un bon rythme de vie... On peut se faire plaisirs et on est bien logé. C'est pour ça, si jamais tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux venir à la maison quand tu veux. J'ai hérité des talents de cuisinière de ma mère en plus... Je suis bonne à marier en fait !  Clairement, que demande le peuple quand on voit quelqu'un comme toi qui sait prendre soin de tout ? Tes qualités se disputent les unes avec les autres, tu es bien trop gentil et ça finira par te perdre. Tu n'arriveras pas toujours à te relever, à tout encaisser, du moins psychologiquement parlant. Qui sera en capacité de te ramasser à ce moment-là ?  Et toi, tes parents ? Ça fait bien longtemps que tu ne les as pas vue non plus, peut-être croisé sans vraiment les reconnaître. Ta mémoire te fait parfois défaut, tu retiens plus facilement les noms que les visages.





i decided to be happy
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 02/04/2017
▸ Messages : 72
▸ Ft : CHIMCHIM
▸ Crédit : © LOLI
▸ Fiche : I WONT FALL
▸ Age : 21
▸ Occupation : CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE
▸ Couleur : #9AC7DB
▸ Thème : PARK JIMIN - LIE
THE CINEMATIC ORCHESTRA - ARRIVAL OF THE BIRDS
KIM KYUNG HEE - STUCK IN LOVE
▸ Rps en cours : ASH + VANITAS + OZ + ONG +

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Mai - 13:29
S'il appréciait que Woohyun lui ouvre les portes de chez lui, il savait aussi qu'il n'en aurait jamais besoin. Parce que son cœur ne pourrait jamais le laisser partir de l'appartement d'Archibald. Il était enchaîné là bas, enchaîné à Vanitas, et pour rien au monde il ne voudrait être délivré. Il se contenta d'hocher la tête pour le remercier, parce que vraiment, ça le touchait qu'il puisse l'accueillir la bouche en cœur après tout ce temps. Il était définitivement un homme bien. Surtout, il parlait toujours autant. Ça faisait du bien à Agapé, d'avoir juste à écouter, de prendre les informations, de sourire quand il le fallait mais aussi de ne pas avoir à parler pour combler les blancs. Tout simplement parce qu'il ne pouvait pas en avoir avec Woohyun. Il parlait probablement même autant qu'il respirait. Il respirait la joie de vivre, la passion pour son travail, l'amour pour sa famille. Il le regardait avec autant d'admiration que dans le temps, que lorsqu'il était venu le voir alors qu'il était tout seul dans la coure de récréation, à un si jeune âge déjà. Il lui avait tendu la main le premier, il avait tenté de briser sa coquille, il lui avait ouvert son cœur pour qu'il puisse se sentir à l'aise. Sans vraiment comprendre pourquoi, il sentait un boule se former dans son ventre, dans sa gorge. S'il lutait contre, il sentait tout de même ses yeux s'humidifier. Il espérait que ça ne se voit pas trop. Malgré lui il avait décroché des paroles de Woohyun. Peut-être toute cette gentillesse ? Ça le dépassait. Il ne pensait pas le mériter, il n'avait rien fait pour qu'on soit aussi gentil, attentif, protecteur avec lui … Non vraiment il ne se sentait pas à la hauteur. Il se racla la gorge pour tenter de masquer cette faiblesse passagère et s'arma même d'un rire sincère. Il était bon à marier, en effet. Une vraie femme au foyer. Il est temps que tu te trouves quelqu'un alors. A moins que ça ne soit déjà le cas. Il devait bien avoir du succès auprès de ces dames, il avait tout pour plaire. Il ne devait sûrement pas laisser de marbre jusqu'aux copines de sa sœur. Il étincelait trop pour qu'on ne le remarque pas.

Une question en entraînant une autre, Woohyun semblait être décidé à mettre Agapé à jour, dévoiler tout ce qu'il ne voulait pas, parler de tous les sujets qui fâchent. Maintenant qu'il était à Polaris pour de bon, il aimerait les voir plus souvent, ils l'avaient tellement soutenu, tellement encourager, et il ne pouvait pas leur rendre. Ils vont bien, ils mènent leur petit chemin de vie. Eux menaient une vie ordinaire, faite de bonheur simple. Il les enviait beaucoup pour ça. Mais penser à ses parents, c'était aussi penser à son frère. Alors pour ne pas devoir laisser flotter un silence gênant, il prit les devant. Me demande pas pour William. J'en sais rien du tout … Il avait bien de ses nouvelles quand il appelait sa mère, parce qu'elle ne pouvait pas s'empêcher d'essayer de recoller les morceaux entre les deux. Peine perdue, pour l'instant. Leur relation n'avait pas été en s'améliorant pendant toutes ces années, et ils ne voulaient plus avoir affaire l'un à l'autre, c'était mieux ainsi plutôt que de s'auto-détruire … C'était mieux, d'une certaine façon. Même si on ne pourra jamais nier le lien qui les uni vraiment. Y'a des choses qui s'arrangent pas avec le temps, faut croire. Pas de sourire cette fois. C'était juste comme ça, et ça ne rendait pas Agapé plus heureux que triste. Résigné, comme souvent, comme toujours.

Alors que son café était sûrement froid devant lui, il se laissa distraire par la patinoire que l'on pouvait voir à travers l'espace vitré. Il la couvait du regard autant qu'il se sentait protégé par elle, à tort probablement. Tu m'emmènera voir tes parents ? J'aimerai les saluer, convenablement. A priori, ils devaient être enterrés à l'Octant. Du moins c'est ce qui semblait le plus logique aux yeux d'Agapé. S'il se trompait sur ce coup là, il aurait du mal à expliquer à Woohyun qu'il ne pouvait finalement pas sortir de la ville. Il espérait aussi ne pas trop s'imposer dans la vie des Ong. Peut-être que son am préférait être seul pour ces choses, peut-être faisait-il le fort juste pour sauver les apparences. Dis moi si ça te met mal à l'aise, je voudrais pas m'imposer.   


There’s something about sitting alone in the dark that reminds you how big the world really is, and how far apart we all are. The stars look like they’re so close, you could reach out and touch them. But you can’t.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 17/04/2017
▸ Messages : 19
▸ Ft : YOUR HOPE
▸ Crédit : RBP
▸ Fiche : EVERYTHING YOU TOUCH TURNS TO GOLD
▸ Liens/rps : RELATIONSHIPS GOALS
▸ Age : 23 Y.O | 18 SEPT
▸ Occupation : FLEURISTE
▸ Couleur : #E8D2EC
▸ Thème : MCLFY - LOVE IS EASY
SALUT C'EST COOL - DES FLEURS
PRODUCE 101 - PICK ME
J-HOPE - HEY MAMA
AYUR - I MISS YOU


▸ Rps en cours : AGAMOUR NAUSICAACHOUX


Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Mai - 16:39
Quelqu'un ? Tu te penches quelques secondes sur la question, enfin l'idée même. Ce n'est pas comme si tu n'avais pas déjà essayé de trouver quelqu'un en fait. Même sans chercher, tu as déjà partagé des sentiments, mais ça ne s'est jamais bien finis. Sans pour autant tout rejeter sur le dos de l'autre, c'est comme si ces personnes s'étaient lassés de l'amour donner, comme si tu donnais trop... à trop donner trop vite, on dirait qu'il n'y a plus rien au bout de quelques mois. Tu fais la moue, t'aimerais vraiment avoir une personne dans tes bras le soir pour t'endormir, quelqu'un à embrasser au réveil, avec qui sortir, sourire et rire... Mais apparemment ce n'est pas le moment, ou ça ne l'a jamais été. Peut-être devrais-tu mettre la pédale douce, donner moins, paraître plus détaché... Le paraître est une chose qui ne te sied guère. Tu es quelqu'un d'ouvert aux autres, à tous, sans exception, sans préjugés. Pour toi tout le monde vaut la peine que l'on s'attarde sur lui, que l'on s'y intéresse, qu'on se batte. Tout le monde ne pense pas comme toi, triste réalité qui pourtant ne détruit ni ton courage ni tes espoirs. Un jour viendra, cette personne te rendra heureux et sera te retourner tout ce que tu peux lui offrir sans jamais en être fatigué.   Je crois que je ne me débarrasserais jamais de cette image de grand frère protecteur. Haussant les épaules, t'évites de raconter comment ta dernière rupture s'était passée. À croire que : Putain tu es trop gentil, secoues-toi un peu. Était une bonne raison pour quitter quelqu'un.

Tu n'as pas abordé le sujet de son frère, tes souvenirs te rappelant leur mauvaise entente. Il n'est pas quelqu'un que tu as fréquenté de toute façon, mais tu n'as jamais eu d'avis sur lui non plus, si ce n'est celui d'Agapé. Quand tu y penses, tu es content de ta proximité avec ta sœur, tu ne sais pas comment tu aurais fait pour traverser ces épreuves sans elle. Mais toutes les familles sont différentes, elles se construisent et parfois se détruisent, tu remercies tes parents de l'amour qu'ils ont toujours su entretenir dans le foyer, cet amour qui te représente aujourd'hui. La prochaine fois qui tu les as au téléphone, embrasse les de ma part... S'ils se souviennent de moi. Tu as un petit rire presque gêné, mais on ne sait jamais après toutes ces années ils ont sûrement eu à penser à autre chose que toi. Il n'en est que tu t'entendais bien avec eux étant enfant, quand tu ne faisais pas faire trop de conneries à leur fils. Des conneries pleines d'innocence.

Sans même y réfléchir, tu étais bien le pire des deux, le moins tenable, le moins calme. Tu étais un petit garçon épuisant, rien qu'en te regardant l'on était fatigué de toute cette énergie que tu dépensais. L'on peut respecter tes parents d'avoir tenu le coup avec toi. Bien sur, j'y vais toutes les semaines m'occuper des fleurs et les changer. Leur tombe est probablement la plus belle du cimetière, les fleurs y resplendissent et sont toujours en forme. C'est une chose à laquelle tu tiens et que tu ne repousses jamais, ton rendez-vous hebdomadaire avec tes parents. Tu les pares tout en arrosant et réarrangeant les plantes. Ta sœur elle ne t'accompagne qu'une fois par mois pour changer les fleurs, c'est encore dur pour elle-même si elle ne veut pas le montrer. Je suis sur qu'ils seraient très heureux que nous nous soyons retrouvés après tout ce temps. Tu les imagines, peu importe où ils sont, sourirent en vous regardant, se demandant peut-être si tu vas recommencer à embarquer Agapé dans tes cascades. Bien sur non, tu es un adulte responsable maintenant... J'y vais en semaine souvent, le mercredi soir, ça m'évite les petits vieux qui me plaignent d'avoir perdue mes parents si jeunes. Le ton de ta voix a changé, ont peu plus bas, sans pour autant la moindre touche de tristesse. Tu n'aimes juste pas ça, qu'on te plaigne, que l'on ait pitié de toi. Ta sœur elle se met carrément en colère. Vous deux n'aimez pas les traitements de faveur, vous avez vécu la chose à votre façon, pas besoin de vous prendre en pitié comme si votre avenir avait été foutu en l'air avec la disparition de vos parents. Votre force est la seule chose que vous souhaitez que l'on reconnaisse en vous, pas la tristesse.

 Vient un moment où tu regardes ton bras, sans vraiment t'en rendre compte, pour vérifier si tout va bien. Comme si en présence d'Agapé tu avais peur que la plaie ne réapparaisse et s'ouvre. Mais non, toujours cette peau de bébé. Tu remontes tes manches sur tes coudes, perdant ton regard dans la salle. Des personnes semblent s'intéresser à votre conversation, mais dès qu'elles croisent ton regard ainsi que ton sourire, un poil sarcastique, ils détournent leur attention. La vie privée est devenue un luxe que l'on ne peut plus se payer apparemment. Comment tu le vis toi ? Tu reposes tes yeux sur le visage doux d'Agapé. Oui, pour toi c'est un visage doux, souriant, là où d'autres voient quelqu'un de froid, tu as la chance d'avoir un Agapé bien plus chaleureux en ta présence. Le seul mot capable de définir ça est amitié. Pourtant tu es gêné au final, presque embêter que ces fouines s'imbriquent dans vos si précieuses retrouvailles. Il faut définitivement que tu viennes manger à la maison, que l'on puisse se raconter ces années dans le moindre détail. Tu en sauteras certains... Ou alors tu lui diras tout ? Seuls le cercle et ta sœur sont au courant... Il y a matière à réfléchir.




i decided to be happy
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▸ Date d'inscription : 02/04/2017
▸ Messages : 72
▸ Ft : CHIMCHIM
▸ Crédit : © LOLI
▸ Fiche : I WONT FALL
▸ Age : 21
▸ Occupation : CHAMPION DU MONDE DE PATINAGE ARTISTIQUE
▸ Couleur : #9AC7DB
▸ Thème : PARK JIMIN - LIE
THE CINEMATIC ORCHESTRA - ARRIVAL OF THE BIRDS
KIM KYUNG HEE - STUCK IN LOVE
▸ Rps en cours : ASH + VANITAS + OZ + ONG +

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 22:54
Il pouvait comprendre que dans ce genre de situation, la pitié des autres ne rajoutait qu'un poids supplémentaire sur les épaules. On doit sûrement avoir suffisamment à porter avec sa propre peine, celle des autres n'étant qu'un fardeau de plus. Malgré tout, Agapé non plus ne pouvait pas s'empêcher de se sentir désolée pour Woohyun. Pour sa sœur aussi. Il n'était peut-être pas très famille lui-même, mais il savait à quel point les Ong l'étaient. Toujours unis, toujours soudés, toujours ensemble. Pour toute réponse, Agapé se contenta d'hocher la tête. Il viendrait, avec plaisir. Le cœur d'autant plus léger qu'il savait qu'il ne risquait pas de voir les parents de son ami sortir de leur tombe. Plus rien ne devait les retenir auprès des vivants, voyant comment Woohyun avançait toujours droit devant, la tête haute et les larmes bien rangées au fond d'un placard. Mais malgré tout, il ne put s'empêcher de se demander s'il avait bien pris le temps de pleurer sa perte, de faire son deuil correctement, en pensant à lui avant de penser à sa sœur. Agapé, il ne s'y connaît pas très bien en mort, malgré ce qu'on pourrait croire. Il la côtoie, mais n'a réellement subi que la perte de Rhéa. Il n'était pas prêt de l'oublier, mais il avait aussi conscience que ce n'était pas quelque chose de commun dans la vie, en générale. Mais il avait entendu dire que c'était important, de pleurer les siens, de se libérer … Paraît-il.

Woohyun retroussa ses manches et Agapé ne put s'empêcher d'y regarder à deux fois, pour être sûr que son bras allait bien. Pourtant, même en y allant à la loupe, il n'aurait rien vu du tout. Les miracles n'arrivaient décidément pas qu'au sein de son cercle. Tout en désignant le bras en question, il reprit la parole. Tu risques d'avoir un bleu … Minimum. Un hématome, sûrement. C'était bizarre, ça trottait dans sa tête. Comme une graine qui commençait à prendre racine. Il voyait cette peau lisse, sans même une rougeur, sans la moindre trace de choc. Et ça turlupinait, dans son ciboulot (au secours la phrase ringarde. Je suis désolée). Lui qui avait horreur qu'on s'immisce dans sa vie, il se rendait compte qu'il était sûrement trop insistant sur le sujet. Ce n'était pas non plus son genre. Son ami allait clairement bien, il pouvait lâcher prise maintenant.

Ils ne savent rien sur moi. Un haussement d'épaule pour accompagner sa réponse. Il ne comprenait pas et ne comprendrait jamais l'engouement des gens pour la vie privée des autres. Ils tiennent à la leur mais ne rechigne devant rien pour afficher celle de leurs voisins, de leurs amis. Tout était prétexte à parler des autres, à juger les autres, à se conforter en se disant que sa vie n'était finalement si nulle et monotone qu'elle en avait l'air. J'ai une mauvaise nouvelle pour vous : votre vie, elle est aussi nulle que celle des autres. Qu'ils essayent de me remettre un scandale sur le dos … C'était arrivé. Une fois. Trop peu d'information sur l'étoile montante, c'était sûrement la guerre à qui aurait le scoop de l'année sur ce cher Agapé. Manque de chance, à trop débiter de conneries, ça avait finit par leur retomber dessus. Agapé n'avait pas eu à bouger le petit doigt. Tout avait été réglé aussi vite que ça avait commencé et ça avait servi de leçon à quiconque voulait s'immiscer dans la vie du champion. Alors maintenant les gens spéculent, mais pour la plupart, gardent leur avis pour eux. Je peux te dire qu'ils seraient déçus s'ils savaient vraiment comment se passe mon quotidien. Celui de Woohyun avait au moins le mérite d'être haut en couleur.

Il anticipait avec grande hâte leur prochaine rencontrer, et il la craignait à la fois. L'occasion peut-être de jouer carte sur table. Il pouvait avoir confiance en Woohyun de toute façon. Parce qu'il l'avait accepté comme il était dès le début, prenant son côté renfermé pour de la timidité, et ne se laissant pas effrayer par son manque cruel de discussion. Un soutien comme on en trouve rarement. Alors il n'avait pas à avoir peur. Et surtout, il lui devait bien ça, la vérité, rien que la vérité. Maintenant que je sais que je risque pas de prendre feu en même temps que la cuisine, je viendrai c'est sûr. Un sourire amusé sur les lèvres, que beaucoup n'auront jamais la chance de voir, et dont Woohyun devait être habitué. D'un cul sec, il termina son café qui était plus froid que froid, le tout accompagné d'une belle grimace. Rien de pire que du café qui a refroidi. Une horreur sur terre. Un regard vers la patinoire lui fit remarquer également que la sœur de son ami semblait perdue de ne plus voir son frère sur la piste. Gentiment il lui fit remarquer en s'assurant qu'ils se verraient le mercredi même. Il se l'était promis après tout.  


There’s something about sitting alone in the dark that reminds you how big the world really is, and how far apart we all are. The stars look like they’re so close, you could reach out and touch them. But you can’t.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the disappearance of stars :: épilogue ; :: fallen down :: archives rp-
Sauter vers: